CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

15 octobre, 2009

Emploi des seniors

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:45

Emploi des seniors : mise en place d’un accompagnement spécifique pour les PME.

Le partenariat de l’Etat avec les Chambres de commerce et d’industrie comprend notamment la publication d’un guide de bonnes pratiques.

Laurent Wauquiez, Secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi et Jean-François Bernardin, Président de l’ACFCI, ont mis en placeun partenariat pour l’accompagnement des PME en faveur de l’emploi de seniors. Les entreprises de plus de 50 salariés devront, an effet, être couvertes par un plan d’action ou un accord sur l’emploi des seniors d’ici le 1er janvier 2010.

Ce partenariat avec les Chambres de commerce et d’industrie permettra aux PME volontaires d’être accompagnées dans la préparation de leur plan d’action ou accord. Il permet également d’identifier des pratiques spécifiques aux PME en matière d’emploi des seniors, annonçant un guide de bonnes pratiques, accessible sur le site www.emploidesseniors.gouv.fr, à l’image de celui élaboré pour les grandes entreprises.

Laurent Wauquiez a appelé les PME « à montrer le signe de leur engagement, en se fixant des objectifs d’évolution de leurs pratiques sur l’emploi des seniors ; il les a invitées en particulier à prendre des dispositions en faveur du tutorat et de la transmission des savoirs ». Son objectif ést « qu’aucune entreprise ne soit pénalisée parce qu’elle n’aurait pas joué le jeu ».

Lire aussi :

Notre DOSSIER : « Plan senior, comment le mettre en place ? »

Les Echos

Nouveau suicide d’un salarié de France Télécom

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:31

15/10/2009

Nouveau suicide d’un salarié de France Télécom

SOCIETE - Un ingénieur de France Télécom de 48 ans, en arrêt-maladie depuis un mois sur les conseils de son médecin du travail, s’est pendu jeudi à son domicile à Lannion (Côtes-d’Armor), selon la direction du groupe, ce qui porte à 25 le nombre de suicides dans l’entreprise en près de deux ans.

Cet ingénieur du centre R et D de Lannion, marié et père de famille, «s’est pendu à son domicile ce matin», a expliqué un porte-parole de la direction. «Il était en arrêt-maladie depuis un mois sur les conseils du médecin du travail», a-t-il ajouté, en soulignant que Didier Lombard, le PDG de France Télécom, était «profondément affecté» par ce geste et se rendait «immédiatement» sur place.

Cet ingénieur, qui souffrait de syndrômes dépressifs, a laissé une lettre dont une partie s’adressait directement à son entreprise. « La partie qui nous concernait nous a été lue par les autorités qui ont constaté le décès mais je ne peux pas en dire davantage«  a t-on confirmé à la direction du groupe.

« Il était en arrêt-maladie depuis un mois sur les conseils du médecin du travail », a-t-il ajouté, en soulignant que Didier Lombard, le PDG de France Télécom, était « profondément affecté » par ce geste et se rendait « immédiatement » sur place. « C’est une terrible nouvelle, que je redoutais », a déclaré sur France 5 le nouveau numéro 2 de l’opérateur télécom Stéphane Richard, qui a précisé que l’ingénieur avait « laissé une lettre à son domicile ».

Sans en connaître « la teneur exacte », il a indiqué que le salarié y faisait « état d’une déception dont il aurait souffert, à la suite d’un choix professionnel pour un poste sur lequel il était candidat, et où il n’a pas été retenu ».

Le ministre du Travail Xavier Darcos a exprimé de son côté, dans un communiqué, « sa profonde émotion ». « Ce triste événement survient au moment où l’entreprise s’est engagée dans une démarche de lutte active contre les risques psychosociaux », a-t-il souligné, en invitant « les partenaires sociaux de France Telecom à intensifier les échanges entrepris dans le cadre de la négociation sur la prévention du stress au travail et à s’accorder dans les meilleurs délais sur la mise en place de procédures adaptées ».

Il s’agit du 25e suicide dans le groupe depuis février 2008 et du deuxième sur le site de Lannion. Un autre salarié, technicien au centre de recherche, s’était donné la mort dans la nuit du 29 au 30 août dernier, sans laisser de message expliquant son geste. Il s’agissait alors du 22e suicide.

Avant même l’annonce de ce nouveau décès, les syndicats de France Télécom (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC/Unsa, Sud) ont appelé jeudi le personnel à «agir sous toutes les formes, et notamment des assemblées générales» le 20 octobre, jour de la prochaine séance de négociation sur le stress au travail, estimant notamment que les personnels étaient «toujours en danger». Pour les syndicats, «c’est intolérable et inacceptable».

A Paris le 22 octobre, manifestation nationale

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:27

A Paris le 22 octobre, manifestation nationale

L’industrie se bouge. Une manifestation nationale le 22 octobre à Paris pour défendre les emplois dans l’industrie. L’occasion de réaffirmer les revendications de la CGT, alors que Nicolas Sarkozy vient d’annoncer la tenue d’Etats généraux de l’industrie.
Un article d’Eva Emeyriat paru dans le mensuel de la CGT Ensemble.

Le 22 octobre prochain, l’industrie sera dans la rue. La CGT appelle en effet à une journée d’action nationale à Paris pour l’avenir des emplois et le maintien d’une industrie forte et diversifiée dans l’Hexagone.
Une initiative qui succède à la journée de lutte dans la filière automobile du 17 septembre dernier et aux actions menées depuis le coup d’envoi de la campagne de mobilisations lancée par le collectif « politiques industrielles » de la CGT, dont le point d’orgue a été l’organisation des Assises nationales de l’industrie du 11 juin dernier à Montreuil.
Longtemps grande oubliée des politiques publiques, l’industrie vit un retour en grâce dans le discours gouvernemental. Le 3 septembre dernier, le président de la République annonçait ainsi la tenue d’états généraux de l’industrie avant la fin de l’année, un événement qui pourrait « être préparé par ateliers dans les différentes régions par les PME, grandes entreprises, syndicats, financeurs, chercheurs (…) et qui pourraient se concrétiser en convention nationale », a indiqué Nicolas Sarkozy, rappelant qu’il s’agissant là d’une « très bonne idée de Bernard Thibault », secrétaire général de la CGT.
Si la CGT réclame en effet de longue date l’organisation d’une conférence permanente nationale sur l’avenir de l’industrie, elle entend rester attentive aux modalités d’organisation de ces états généraux. La façon dont le gouvernement s’est emparé du dossier Molex incite en effet à la plus grande vigilance. La CGT « ne se satisfera pas de la seule organisation d’états généraux (…) », ces derniers doivent « déboucher sur quelque chose de nouveau en termes de politique industrielle », a ainsi indiqué Bernard Thibault. Quelque chose de nouveau et surtout des mesures concrètes pour pérenniser leurs emplois, c’est bien ce que revendiquent les dizaines de milliers de salariés affectés par la crise alors même que 300 000 postes sont menacés à brève échéance dans le secteur.

8 octobre, 2009

conference departementale

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 14:05

Il se tiendra a Echirolles une assemble de travailleurs de diverses entreprises le vendredi 16 octobre 2009 a 19h00 voir fichier ci dessous

conference departementale dans Actualité pdf brochure 28 nov milit.pdf

5 octobre, 2009

Hold-up sur la réorganisation du temps de travail

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 13:19

 

REFERENDUM A CATERPILLAR :

Hold-up sur la réorganisation du temps de travail

Avec le protocole électoral signé par les organisations syndicales FO-CFDT-CFTC, la victoire de la direction sur le projet de réorganisation du temps de travail était cousue de fil d’or.En incluant dans les résultats de la consultation les suffrages du personnel en reclassement et celle du 3ème collège, cela s’est traduit par une victoire qui ne prend pas en compte la décision de la catégorie professionnelle la plus fortement impactée.

Non, Messieurs de la direction votre message n’est pas celui que vous attendiez !!!

Pour la Cgt, il n’est pas acceptable que la démocratie soit bafouée par des syndicats favorables aux projets de la direction, et qui n’osent pas prendre directement leur responsabilité en signant cet accord comme ils l’ont fait récemment.

Malgré un chantage à l’emploi reconnu, malgré une campagne menée tambour battant autour du OUI, malgré un protocole de consultation dopé pour le OUI, le résultat des urnes concernant le personnel de l’entreprise 1er et 2ème collège est loin des attentes de la direction et des organisations syndicales signataires.

 Sur ces deux collèges, avec 53,57% de favorable, c’est tout de même 46,43% des salariés qui rejettent ce projet de réorganisation du temps de travail. La question reste posée quant à l’ambiance de travail et la crédibilité de nos cadres dirigeants à trouver d’autres solutions que celles consistant à réduire nos acquis et nos libertés pour sortir l’entreprise du carcan de la concurrence. De même, dans le camp du OUI, bon nombre sont ceux qui ont fait le choix de ce vote dans le doute de l’avenir et dans la crainte pour leur emploi. Cela pose de sérieuses questions sur l’avenir de l’entreprise, tant sur la viabilité du site, les investissements et les projets, que sur la politique de management qui vont y être menés.

Pour ce qui concerne le 3ème collège, avec 93% de participation et 94,82% de suffrages favorables, bien qu’une que la majorité d’entre eux aient fait campagne pour le OUI, nous ne nous étonnons pas d’un tel résultat. Ce qui est surprenant et encourageant, c’est que 13 d’entre eux aient osé dire NON à ce projet.

En dernier lieu, la prise en compte par certaines organisations syndicales et par la direction des suffrages des collègues en reclassement reste le comble de la manipulation électorale puisque c’est sur une toute autre question qu’ils étaient consultés (êtes-vous pour ou contre toucher 6000€ à 7000€ supplémentaires ?). La réponse en est très claire puisque c’est un OUI à 96,89% qui l’emporte.

Ce qui ressort de cette opération de manipulation, c’est que ni l’alliance de trois organisations syndicales FO-CFDT-CFTC, ni la direction, n’ont confiance dans le choix de vote du 1er et 2ème collège et qu’ils sont aujourd’hui obligés de prendre en compte les résultats  du 3ème collège et du reclassement pour clamer haut et fort une victoire écrasante alors que la vérité se trouve dans une victoire à l’arrachée avec de lourde conséquence pour la suite.

Le pompon de tout cette manœuvre à été la tenue d’un nouveau comité d’entreprise lundi 05 octobre  afin de faire voter positivement les élus CE sur ce projet, alors que le comité d’entreprise avait déjà prononcé un avis défavorable lors de la réunion 25 septembre 2009.

Pour toutes ces raisons, après avoir consulté ses syndiqués, la Cgt Caterpillar annonce qu’elle ne sera pas signataire de cet avenant et qu’aux côtés des salariés, elle continuera à combattre les effets néfastes de cet accord.

Résultats de la consultation sur le projet de
réoorganisation du temps de travail du 29 septembre 2009

 

Inscrits

Exprimés

% part.

OUI

%

NON

%

1er et 2e collège

1701

1516

89%

787

53,57%

682

46,43%

3e collège

276

256

93%

238

94,82%

13

5,18%

Reclassement

378

261

69%

249

96,89%

9

3,50%

  Déclaration CGT Caterpillar Grenoble et Echirolles lors de la réunion extraordinaire de comité d’entreprise du 5 octobre 2009

En préambule, nous tenons à dire que le comité d’entreprise s’est déjà exprimé d’une manière négative sur cette question. Les  points principaux étaient les suivants et on ne comprend pas pourquoi aujourd’hui la direction demande une deuxième consultation sur ce même accord !!!

Pourquoi la CGT ne signera pas l’accord sur l’aménagement du temps de travail !!!

  • L’accord cadre a été signé par trois organisations syndicales FO, CFDT, CFTC sans demander l’avis des salariés concernés.
  • Négocier un accord sur l’aménagement du temps de travail sous la menace de supprimer 133 postes supplémentaires ne sont pas des conditions acceptables pour pouvoir négocier sereinement une nouvelle organisation qui va générer des contraintes pour les salariés fortement impactés.
  • A travers ce projet, vous ne nous avez jamais démontré le bien fondé d’une telle réorganisation pour l’entreprise, et pour les salariés.
  • Aucune garantie n’est donnée pour l’avenir de nos emplois.
  • Le protocole de consultation du personnel signé par les organisations syndicales ne correspondait pas ni à notre demande, ni à celle des salariés les plus concernés par cette réorganisation, à savoir, une urne par catégories professionnelles; de plus, la prise en compte par la direction du vote des salariés licenciés alors qu’ils ne sont pas concernés par cet aménagement du temps de travail.

La séparation des urnes par catégorie professionnelle nous aurait permis d’avoir une vision plus précise de la décision  des salariés fortement impactés par cette nouvelle organisation du temps de travail.

Le 2éme collège étant constitué à 50 % par des salariés travaillant en horaire bureau.

123
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE