CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

20 décembre, 2009

Le retrait de billets avant Noël…

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 13:37

La grève des dabistes ne devrait pas empêcher le retrait de billets avant Noël

[ 18/12/09  - 21H20 - AFP  ]

© AFP/Archives - Gérard Julien

La grève illimitée, débutée vendredi par les dabistes, chargés de l’approvisonnement et de la maintenance des distributeurs automatiques de billets (DAB), ne devrait pas perturber les retraits avant Noël.

Le président de la Fédération professionnelle du transport de fonds et de la sécurité fiduciaire (Fedesfi), Patrick Lagarde, a estimé qu’il n’y avait « pas lieu de céder à la panique » car « environ 40% des distributeurs sont chargés par nos sociétés » et les autres par les banques elles-mêmes.

Les dabistes, environ un millier en France, chargent les DAB depuis les coffres des agences bancaires, en moyenne une à deux fois par semaine. Ils revendiquent une prime de risque (72 euros mensuels actuellement) alignée sur celle des convoyeurs (233 euros), qui, eux, apportent l’argent dans les agences et grandes surfaces et récupèrent leurs recettes.

Il est « inutile de se ruer sur les distributeurs, c’est ça qui pourrait provoquer une vraie crise », a ajouté M. Lagarde.

« Avec une bonne organisation, l’approvisionnement ne sera pas bloqué », a assuré également Loomis, qui se partage avec la Brink’s environ 80% du marché.

Les deux sociétés ont comptabilisé respectivement 20 et 30% de grévistes vendredi, et sur toute la profession Fedesfi 10 à 15% et la CFDT 50%.

L’intersyndicale CFDT-FO-CGT-CFTC-CFE/CGC-FNCR estime que « le mouvement se développe » et est « très suivi dans le centre-est notamment ».

La CFDT Banques, premier syndicat du secteur, qui a dénombré « 1,5 agression par semaine », a appelé les banques à ne pas demander à leurs propres agents de charger les DAB pour « contourner le mouvement social ».

© AFP/Archives - Pierre Verdy

D’après Pascal Quiroga (CFDT), des employés de distributeurs subissent « beaucoup de pressions pour reprendre le travail ».

Du côté des réseaux bancaires, pas de grosse inquiétude. BNP Paribas a 20% de son parc de 5.000 distributeurs sous-traité, ceux non adossés à des agences (centres commerciaux, gares…). Il faudrait environ cinq jours de grève avant un impact pour les utilisateurs.

Disposant du plus grand nombre d’agences en France, le Crédit Agricole a affirmé, lui, que le mouvement n’avait pas d’incidence puisque les caisses régionales administrent elles-mêmes, pour l’essentiel, leurs parcs.

Les grévistes sont décidés à « tenir » car c’est leur « avenir » qui se joue, ont témoigné quelques dizaines de dabistes, rassemblés vendredi devant le siège de la Brink’s à Paris.

Le patronat conditionne en effet l’alignement de la prime de risque dabiste sur celle des convoyeurs à une réforme associant en une seule opération le transport des fonds et le chargement des automates, au moyen d’un véhicule blindé et d’hommes armés. D’après Fedesfi, il n’y aurait pas d’impact sur l’emploi.

Les dabistes travaillent actuellement seuls, en civil et circulent en véhicule banalisé.

Pour Wilfried, 37 ans, attaqué trois fois en huit ans, le fourgon « ce serait s’exposer à un plus grand danger car les armes appellent les armes ».

« Il y a d’autres solutions pour assurer notre sécurité, par exemple mettre des plots anti-voitures béliers », réagit un autre.

« Nous sommes des techniciens, considérés comme assurant la maintenance de machines à café », renchérit un troisième, exigeant « une reconnaissance » par une prime supérieure, alors que le patronat propose de la porter à 130 euros. D’après les syndicats, le salaire moyen s’élève à 1.300 euros nets.

Aucune nouvelle rencontre syndicats-Fedesfi n’est programmée pour le moment. Une concertation sur la réforme du métier est proposée au ministère de l’Intérieur dans la première quinzaine de janvier.

Par Anne-Pascale REBOUL

17 décembre, 2009

Bonnes fêtes de fin d’année !

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 13:26

009.gif

 

Bonnes fêtes de fin d’année !

 

 

L’année 2009 se termine ! Enfin ! Ouf ! Diront certains ! Il est vrai que cette année aura marqué les consciences à travers :

- son Plan de Sauvegarde de l’Emploi incroyable par son ampleur,

- la résistance et la détermination des salariés,

- l’impitoyable volonté de la direction de ne rien lâcher ni par le dialogue, ni par la concertation, montrant sa « brutalité » envers les salariés qui se sont invités au débat pour la faire fléchir tout au moins sur les indemnités de licenciement.

Cette année 2009 devra, quoi qu’il en soit, rester dans la mémoire collective pour ne pas oublier ceux et celles qui ont perdu leur emploi, pour ne pas oublier ceux et celles qui ont contribué à la richesse de cette entreprise et pour ne pas oublier que par leur licenciement ils ont permis à d’autres de préserver leur activité.

L’année 2010 se profile déjà avec des défis importants :

- comment réduire les inégalités salariales,

- comment redonner du pouvoir d’achat aux salariés les plus démunis, en grande difficultés sociales,

- comment surtout redonner envie, du goût au travail après une année 2009 terriblement injuste et inégale !

Dès le 04 janvier prochain, les nouvelles dispositions sur la flexibilité du travail, à travers l’avenant n°5 aux 35 heures conjuguées à la politique de productivité de 5% par an voulu par la direction auront sans aucun doute des conséquences néfastes sur la santé et la sécurité au travail.

Ce tableau noir des futures relations de travail peut vous paraître utopique mais dès le mois de janvier avec l’entrée en vigueur de la pointeuse, le port de la casquette obligatoire dans certains secteurs à Echirolles, la limitation de vos déplacements qui n’ont pas de lien direct avec votre activité professionnelle, vous comprendrez ce que veut dire le mot productivité, rentabilité et dans quelle ambiance de travail Caterpillar veut vous faire travailler.

La direction a déjà commencé insidieusement, à travers ce nouvel accord, à faire disparaitre les avantages consentis ces dernières années à ses salariés. Elle a déjà annoncé qu’elle mettrait sur la table lors des futures négociations salariales (le 15 janvier 09) la suppression des primes liées aux horaires de travail. L’année 2010 s’annonce cruciale pour nos conditions de travail notre pouvoir d’achat et déterminante pour notre santé et sécurité au travail si nous laissons faire les projets néfastes de la direction.

Avant d’entamer une nouvelle année déterminante pour nos conditions de vie au travail, nos salaires avec le soutien indéfectible de vos représentants et élus CGT.

Finissons l’année 2009 en profitant de ceux et celles que nous aimons, qui nous sont proches et que cette année nouvelle vous apporte joie, santé et bonheur à tous !

16 décembre, 2009

Non au licenciement du délégué syndical

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:41

image1.gif

Non au licenciement du délégué syndical

mercredi 16 décembre 2009

La direction de Caterpillar continue son acharnement envers Alexis MAZZA, délégué syndical central, en demandant au Ministre Xavier Darcos d’accepter la procédure de licenciement à son encontre.

Alors que, la totalité des organisations syndicales de l’entreprise s’oppose au licenciement d’Alexis, qu’à plusieurs reprises les tribunaux ont débouté Caterpillar dans la contestation de sa désignation comme délégué syndical central, il revient à Xavier Darcos de se positionner aujourd’hui.

La Cgt appelle le Ministre à refuser cette procédure de licenciement.

Le seul tort d’Alexis pour la direction de Caterpillar est d’être un militant disponible et à l’écoute de ses collègues, et de déployer une activité au service des salariés.

A Caterpillar on semble peu apprécier les lois françaises en matière de droits sociaux.

La Cgt n’acceptera pas que par le biais du ministre du travail, le gouvernement cautionne une pratique du dialogue social visant à contourner la représentation syndicale.

En conséquence, nous demandons au gouvernement de refuser l’autorisation de licenciement d’Alexis MAZZA.

Montreuil, le 16 décembre 2009

15 décembre, 2009

Mardi 15 décembre,devant la préfecture de l’Isère

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 20:24

Nous ne laisserons pas faire cette injustice envers notre camarade Alexis Mazza qui encore aujourd’hui est reconnu et apprécié par tous dans l’entreprise.

L’édition locale de Grenoble du 15 Decembre France 3

Pas de coup de pouce pour le Smic

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:39

Pas de coup de pouce pour le Smic

Le salaire horaire minimum sera revalorisé de 0,5% au 1er janvier. Il passera de 8,82 euros par heure à 8,86 euros, «en application du minimum légal et des règles d’arrondi».
Bulletins de paye de salariés.

Le strict minimum. 2010 sera donc la quatrième année consécutive sans coup de pouce pour le salaire horaire minimum. Au 1er janvier, le Smic sera revalorisé de 0,5%. Il passera de 8,82 euros par heure à 8,86 euros. Le ministère du Travail a donc choisi s’appliquer «le minimum légal et les règles d’arrondi».

La revalorisation annuelle du Smic pour 2010, applicable quels que soient l’âge, le secteur ou le lieu d’activité, prendra effet pour la première fois au 1er janvier, alors que le Smic était jusqu’à présent revalorisé en juillet.

Le salaire minimum, qui a un effet structurant sur les grilles salariales, concerne un salarié sur dix en France, soit 2,6 millions de salariés en incluant le monde agricole ou les administrations, dont 1,6 million dans le privé et plus de 640.000 à temps partiel.

Depuis le 1er juillet 2009, le salaire minimum s’élève à 8,82 euros/heure, soit 1.337,10 euros bruts mensuels (1.051 euros net environ) pour 35 heures hebdomadaires. Il passera donc au 1er janvier à 1.343,77 euros bruts par mois (environ 1.056,24 net), selon l’entourage de Xavier Darcos.

Sur un an, a précisé le ministre du Travail, la hausse du Smic s’élèvera à 1,7%, «ce qui représente un gain net de pouvoir d’achat de 1,3%, puisque l’inflation sur la même période devrait être de 0,4%». Faux, dénonce la CGT, par la voix de Maryse Dumas, pour qui ce taux de hausse est «une honte pour le gouvernement». Car «de fait, c’est un gel du Smic qui est décidé aujourd’hui pour un an», estime la syndicaliste.

Pour la CGT, «la question des salaires va être avec l’emploi au coeur de la conflictualité sociale dans les semaines qui viennent».

Depuis 1970, la hausse du Smic dépend de l’inflation et de la moitié du pouvoir d’achat du salaire horaire de base ouvrier. Mais le calendrier de la revalorisation annuelle a été modifié pour que le montant du Smic soit connu avant les négociations annuelles obligatoires dans les entreprises et dans les branches afin que «les partenaires sociaux et les chefs d’entreprise (aie)nt plus de visibilité pour négocier les augmentations de salaires», a déclaré Xavier Darcos.

(Source AFP)

1...34567...11
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE