CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

29 mars, 2010

Mairie d’Amnéville , Justice et respect pour les militants Cgt !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:35

image1.gif

Lundi 29 mars 2010

Communiqué de la Confédération, de la Fédération des Services publics et de l’Union départementale de la Moselle

Depuis 2005, Thierry Barle et Raphaël Cacitti, militants de la CGT, font l’objet de multiples procédures de sanction intentées par le maire de la commune d’Amnéville (Moselle), Jean Kiffer.

Ce dernier s’illustre par son opposition virulente à la CGT et son mépris pour le droit syndical : mise au placard et sanctions multiples infligées à nos deux camarades ; refus de reconnaître la liste CGT aux élections professionnelles ; déclarations publiques qualifiant la CGT de « peste rouge » et de « bureaucratie mafieuse ». Loin de se cantonner à la mairie, cette chasse au syndicalisme s’étend d’ailleurs à la cure thermale d’Amnéville, gérée par la mairie.

La situation de Thierry et Raphaël s’est aggravée en octobre 2009. Nos deux camarades ont alors été radiés des effectifs du personnel communal et se trouvent depuis au chômage. Après trois procédures avortées de révocation, Jean Kiffer a ainsi choisi de bafouer plusieurs décisions de la justice et des organismes paritaires, qui doivent conduire à la réintégration de ces deux fonctionnaires, dans le respect du Statut de la Fonction publique territoriale.

Alors même que nos deux camarades devraient être pleinement rétablis dans leurs fonctions, ils se trouvent plongés dans la précarité, subissent près de 20% de perte de revenus, et doivent faire face à toutes les difficultés financières et personnelles que l’on peut imaginer.

Pour la CGT, cet état de fait ne peut perdurer. Au-delà de deux drames humains, c’est bien la liberté syndicale, garantie par la Constitution, qui est en jeu. Le lien entre l’activité syndicale de nos deux camarades et les sanctions qu’ils subissent est en effet évident, comme le démontrent notamment les manœuvres menées en 2008 avec succès pour empêcher la CGT de présenter une liste aux élections professionnelles.

Ainsi qu’elle l’a fait en février 2008, décembre 2009 et février 2010, notre organisation est déterminée à continuer de mobiliser ses militants pour obtenir la réintégration immédiate de nos deux camarades. Les tutelles ministérielles concernées ont été interpellées sur cette situation inacceptable qui ne peut perdurer. Celles-ci et leur représentant préfectoral dans le département doivent agir pour faire appliquer la loi et les décisions de justice à la mairie d’Amnéville.

La manifestation qui se déroulera à Amnéville le 4 mai 2010 à partir de 14h portera haut et fort cette exigence.

Cette journée permettra plus largement de revendiquer le respect de la liberté syndicale sur l’ensemble du territoire. La répression antisyndicale vécue par les camarades d’Amnéville est en effet loin d’être un cas isolé, à l’image de celle subie par deux agents territoriaux de la mairie de Saint-Martin de Valgalgues (Gard), qui fera également l’objet d’une mobilisation le 4 mai.

La CGT est et demeurera déterminée à œuvrer pour le respect des libertés syndicales et le droit à l’activité et l’expression CGT, dans chaque profession et dans chaque territoire !

Montreuil, le 29 mars 2010

Panorama de Presse CGT

Classé dans : Panorama Presse CGT — cgtcaterpillar @ 16:16

image1.gif

 Panorama de Presse CGT dans Panorama Presse CGT pdf Panorama de Presse CGT du 29 03 2010

27 mars, 2010

Actualité Grenoble …

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 12:17

Actualité Grenoble ... dans Actualité

 

Numéro de Grenews : 94

Date de sortie : le 23/03/2010

 

 

 

Les handicapés dans la rue samedi pour réclamer un « revenu d’existence »

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 11:30

LE MONDE.FR | 27.03.10 | 11h23

Le mouvement « Ni pauvres ni soumis » (NPNS), qui rassemble une centaine d’associations de personnes handicapées ou malades, souvent touchées par la pauvreté, appelle à manifester samedi 27 mars dans toute la France pour réclamer un « revenu d’existence » au niveau du Smic.

Le président de la République, Nicolas Sarkozy, avait promis, durant la campagne présidentielle, de revaloriser de 25 % d’ici à 2012, mais l’Allocation adulte handicapés (AAH), touchée par environ 850 000 personnes en France, reste jusqu’à présent en-dessous du seuil de pauvreté, déplore le collectif.

Alors que le seuil de pauvreté est d’environ 900 euros par mois (Insee), l’AAH, qui est en train d’être réformée pour favoriser l’accès à l’emploi des handicapés, sera portée à 696,63 euros par mois au 1er avril, puis 711,95 euros au 1er septembre, selon un décret publié mercredi.« Ce n’est pas suffisant, nous demandons la mise en place d’un véritable revenu d’existence pour les personnes qui ne peuvent pas ou plus travailler », explique le président de l’Association des paralysés de France (APF), Jean-Marie Barbier.

En mars 2008, NPNS avait organisé une grande manifestation à Paris, qui avait rassemblé 35 000 personnes selon les organisations, 16 500 selon la police, pour réclamer, déjà, un revenu au niveau du Smic. Pour Jean-Marie Barbier, depuis cette date, « les choses n’ont pas bougé » pour les handicapés.

Dénonçant « l’extrême pauvreté » des personnes handicapées ou victimes de maladies invalidantes, NPNS demande un revenu qui soit « au moins égal » au Smic, et qui ne dépende pas des ressources du conjoint et quel que soit le lieu de vie.

Nécessaire aussi selon le mouvement, l’augmentation du seuil d’accès à la Couverture médicale universelle (CMU) complémentaire (fixé à environ 600 euros pour une personne seule) pour que ceux qui bénéficient de l’AAH puissent en profiter.

Enfin, NPNS demande le retrait des franchises médicales, de l’augmentation du forfait hospitalier et de l’imposition fiscale des indemnités journalières de maladie, dont « les personnes handicapées sont les premières victimes ».

Actuellement avec 682 euros d’AAH, « le 15 du mois, il ne me reste plus rien », témoigne Frédéric, 49 ans, séropositif, cité par NPNS. « Une fois que j’ai payé mon loyer parisien, les factures EDF, le téléphone et ma mutuelle (70 euros par mois), cela devient très compliqué pour vivre! », explique-t-il.

Samedi à Paris, les manifestants sont appelés à venir « piétiner » sur le Parvis des droits de l’homme au Trocadéro, pour symboliser « l’immobilisme » du gouvernement sur la question des ressources. Dans une vingtaine de villes, rassemblements, manifestations ou votations citoyennes sont organisés.

26 mars, 2010

Toyota suspend quelques jours sa production en France et outre-Manche

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:22

Toyota garage

Comme la Tribune l’avait révélé cette semaine, Toyota va suspendre sa production pendant quatre jours, début avril, dans son usine du nord de la France, près de Valenciennes, où il produit la Yaris.

Cette mesure serait liée à la chute des ventes liée à la récente crise des défauts techniques qui a entraîné quelque neuf millions de rappel de voitures dans le monde, y compris en Europe et aux Etats-Unis, suite à des problèmes de pédales de frein et d’accélérateur.
Toyota cessera aussi sa production en Grande-Bretagne pendant huit jours, du 29 mars au 1er avril, puis du 6 au 9 avril. Une des deux lignes de production sera suspendue à nouveau en août et 750 emplois supprimés via des mises à la retraite anticipée.

latribune.fr

12345...16
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE