CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 10 juin 2010

10 juin, 2010

Un emprunt obligataire à 3 ans en euro via sa filiale Caterpîllar International Finance

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:50

ObligInfos

CATERPILLAR

10/06/2010 12:44

Emission d’un emprunt obligataire à 3 ans en euro 

10/06/2010 12:44

(obliginfos) – L’américain Caterpillar va émettre un emprunt obligataire à 3 ans en euro via sa filiale Caterpîllar International Finance. D’un montant de 300 millions d’euros, il offrira un rendement d’environ 2,4% par an, soit un spread compris entre 85 et 90 pb au-dessus des taux midswaps. Caterpillar est noté A2 par Moody’s et A par S&P. RBS et Société générale dirigent l’opération. C’est la quatrième opération seulement réalisée depuis début mai sur le marché primaire obligataire en euro.

Panorama de Presse CGT

Classé dans : Panorama Presse CGT — cgtcaterpillar @ 20:13

image1.gif

Panorama de Presse CGT dans Panorama Presse CGT pdf Panorama de Presse CGT du 10 06 2010

Le conflit social se durcit chez Caterpillar Gossellies

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:46

RTBF.BE INFO 

Caterpillar à Gosselies

 

Le conflit social se durcit chez Caterpillar Gossellies dans Actualité caterpillar_1

10.06.10 – 11:56

Les travailleurs sont à nouveau repartis en grève ce matin pour 24 h. La direction de Caterpillar Belgium dénonce de son coté la position très rigide des syndicats et l’ampleur prise par leur mouvement de grève.

Deux journées entières de grève et une demi-journée hier ont perturbé l’entreprise, depuis le déclenchement du conflit, vendredi dernier. Le mouvement de grogne des travailleurs prend de l’ampleur et il inquiète. Jean-Paul Faure, administrateur délégué de Caterpillar Belgium : « La situation à laquelle nous sommes confrontés n’est pas habituelle. Elle appelle – de notre part – beaucoup d’incompréhension, beaucoup d’inquiétude dans la mesure où nous sommes devant un blocage quasiment total.« 

Blocage dans des négociations en cours depuis trois mois, principalement autour d’une revalorisation salariale de tous les ouvriers. Pourtant, affirme la direction, des propositions ont été faites en ce sens. Jean-Paul Faure : « Nous avons annoncé un step’ de rémunération pour l’ensemble du personnel, et d’un deuxième step pour tous les gens embauchés plus récemment, soit à peu près une petite moitié du personnel ouvrier sur le site. Ca, c’est quelque chose de significatif.« 

Significatif mais pas suffisant pour les syndicats qui refusent de poursuivre les négociations sans une geste fort de la direction. « Je comprends les difficultés qui existent, je comprends l’angoisse des travailleurs vis-à-vis de l’économie européenne qui se dégrade. Mais ne cassons pas ce que l’on a construit ensemble, on a fait en sorte que l’usine de Gosselies soit l’un des sites de Caterpillar où l’on a le moins restructuré ces dernières années. Ne faisons pas des erreurs, des bêtises qui feraient que l’on devienne l’usine la plus restructurée après la crise.« 

Et d’affirmer que l’usine de Gosselies est l’une du groupe Caterpillar qui a été le moins restructurée pendant la crise… La direction se prête à poursuivre des négociations, mais dans un cadre raisonnable et serein.

Et la fédération patronale Agoria a également tenu à réagir aux récents débrayages des ouvriers de l’usine. Elle condamne les revendications salariales et arrêts de travail qui violent, selon elle, les accords collectifs. Avec « des conséquences économiques et pour l’emploi catastrophiques« .

Comptes de la sécurité sociale L’urgence de recettes nouvelles

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:27

image1.gif

jeudi 10 juin 2010

Le redressement des comptes sociaux ne passera pas par des mesures d’austérité mais par une réforme ambitieuse du financement de la Sécurité sociale.

Face à la dégradation historique des comptes en 2009 et 2010, liée fondamentalement à la chute de la masse salariale consécutive à l’augmentation du chômage, la voie n’est plus d’agir sur les seules dépenses mais d’assurer l’apport de recettes nouvelles.

Les propositions du gouvernement visant à réduire les droits sociaux en abaissant le montant des retraites, des indemnités journalières, des budgets des hôpitaux et établissements médico-sociaux ou la qualité des structures d’accueil de la petite enfance ne sont pas les bonnes, elles auront pour effet de casser la timide reprise observée depuis quelques mois.

Pour refonder notre économie sur des bases solides, il est nécessaire d’avoir le courage de construire un modèle social qui tire l’ensemble de la population vers le haut et de mettre plus à contribution les responsables de la crise : les banques, les spéculateurs et les actionnaires.

Les propositions de la CGT en matière de financement sont connues : instituer une double modulation des cotisations employeurs tenant compte à la fois de la part des salaires dans la valeur ajoutée et des comportements d’emploi des entreprises, de manière à favoriser celles qui créent des emplois et pénaliser celles qui en détruisent ; mettre en place une contribution sociale sur les revenus financiers des entreprises.

Montreuil, le 10 juin 2010

Le nuage de cendre n’a pas etouffé la croissance économique d’Airbus

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 17:47

   Le nuage de cendre n’a pas etouffé la croissance économique d’Airbus dans Actualité arton674-bcbd2

AIRBUS gonfle son carnet de commandes de 32 avions A380 pour 14,5 milliards d’Euros

Publié le jeudi 10 juin 2010 dans Secteur aéronautique

La commande de 32 avions A380 par la compagnie Emirates au salon de Berlin vient remettre un coup de projecteur sur le programme A380 d’AIRBUS. Elle s’additionne aux 3396 appareils restant à livrer, soit toujours sept années d’activités d’assurées. En une journée Airbus engrange 14,4 milliards de commandes supplémentaires. L’A380, c’est par ce programme que sont apparus les déboires industriels, l’affaire des stocks options des dirigeants d’EADS et le plan d’économie POWER8.

On se souvient tous du plan drastique « POWER8 » programmant 10.000 suppressions d’emplois chez AIRBUS et ses sous-traitants, une augmentation des externalisations dans les pays low-cost, une mise en concurrence exacerbée sur les sous-traitants, la mise en oeuvre d’un nouveau modèle industriel tourné sur la profitabilité, la vente de sites (transformée en filiations sous l’appellation « Aerolia » grâce à la lutte des salariés). Le comité exécutif d’EADS s’appuyait principalement sur l’argument d’une parité euro/dollar défavorable pour garantir une profitabilité à deux chiffres aux actionnaires. Aujourd’hui avec une parité nettement plus équilibrée, cet argument tombe et avec lui la véracité de Power8. Pour les actionnaires, l’aéronautique, ça doit rapporter ! Depuis 3 ans, la trésorerie d’EADS est passée de 4 à 9 milliards d’euros. Le carnet de commandes se situe à 7 années de charge avec 500 avions livré/an. Malgré la crise financière, en 2009 les dividendes ont été distribués aux actionnaires. Pour les salariés, l’embellie de l’aéronautique se traduit par des politiques salariales au rabais, par des conditions de travail de plus en plus difficiles, par une diminution des effectifs. Le mouvement de lutte de Mai dernier, historique à Airbus, sur les salaires, l’emploi et les conditions de travail a démontré que les salariés refusaient ce modèle industriel au service des financiers.

Alors avec cette nouvelle commande qui vient confirmer la croissance des activités aéronautique européennes, ce modèle industriel doit être revu et remis sur la ligne du développement de l’emploi, du social et des salaires. Cela est possible et indispensable parce que c’est économiquement, socialement et humainement efficace. Profiter en premier à l’emploi : La direction d’Airbus s’est engagée sur 250 recrutements de cols bleus, mais cela est dérisoire face aux charges de travail alors que se développe la précarité dans nos usines. Seulement 1 intérimaire sur 10 sera embauché !

Profiter à stopper la dégradation des conditions de travail : La direction développe les méthodes de production issues de l’automobile comme le LEAN, qui commencent à faire des dégâts sur le plan de la santé physique et psychologique. Pourtant ce type d’organisation se montre également inefficace industriellement. Il doit être abandonné au profit d’une approche valorisant le travail collectif.

Profiter aux salariés pour augmenter les salaires et reconnaître les qualifications : La direction fait une politique de rigueur en termes d’augmentation de salaire. Seulement 1% d’augmentation générale pour 2010. Et 1.5% d’augmentation individuelle pour l’année. La prime de 500€ vient compenser le manque d’intéressement. Les salariés d’Airbus mais également dans l’ensemble des entreprises de l’aéronautique (Safran, Thales, Eurocopter, Creuzet, Dassault, Ratier Figeac, Sogerma, CRMA….) ont montré massivement leur mécontentement face à toute cette stratégie pratiquée dans l’ensemble de la filière et ont porté des revendications pour une autre répartition des richesses. C’est cela qui doit être mis à l’ordre du jour et qui répondrait également aux enjeux de financement de nos retraites et notre protection sociale.

Vendre des avions, c’est bien, les construire dans nos usines et dans nos territoires, dans de bonnes conditions sociales et salariales, c’est garantir un meilleur avenir pour tous !

12
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE