CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 6 octobre 2010

6 octobre, 2010

Préavis de grève reconductible: «C’est un gros pari, mais un pari forcé»

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:40

Économie 06/10/2010 à 19h51

Energie, SNCF, transports publics, Ratp, industries chimiques: depuis lundi, les organisations syndicales mutliplient les appels à la grève reconductible, à partir du 12 octobre, nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites. Jean-Michel Denis, maître de conférence en sociologie à l’université de Marne-La-Vallée, réagit à ce choix «contraint».

En quoi consiste un préavis reconductible?

Les préavis permettent aux salariés d’être couverts juridiquement quand ils font grève et aux syndicats de ne pas être obligés de redéposer un préavis chaque jour. Ce sont ensuite les salariés qui décident, au jour le jour, s’ils reconduisent le mouvement, en voyant s’il est suivi ou pas.

Ce sont les responsables de fédération qui déposent ces préavis: Didier Le Reste pour la CGT-SNCF, etc. Les leaders, eux, s’engagent très prudemment, sans trop cautionner, sans appeler de leur propre voix à une grève reconductible. Les syndicats hésitent à s’engager dans un tel mouvement.

Le dépôt de préavis de grève était-il acquis?

Oui. Les organisations syndicales ne sont pas vraiment désireuses de durcir le mouvement, mais elles y sont contraintes. Elles sont dans une situation très compliquée: d’un côté, elles sont échaudées parce qu’un certain nombre de leurs actions durant ce quinquennat ont duré longtemps mais abouti à un échec sur le plan revendicatif: la réforme du fret à la SNCF l’an dernier, celle du statut des enseignants-chercheurs, etc. De l’autre, les syndicats ont organisé des journées nationales d’action, plutôt bien suivies mais sans être des raz-de-marée et sans qu’elles parviennent à faire bouger le gouvernement. Se pose dès lors la question de trouver d’autres moyens d’action, et il n’y en a pas 40.000 dans un mouvement interprofessionnel. Si on veut continuer, cela passe par l’augmentation du rapport de force.

Est-ce un risque pour les syndicats?

C’est un double risque. D’une part, celui de ne pas être suivi par les salariés, ce qui serait une forme de désaveu. Là, les organisations syndicales seraient vraiment coincées et n’auraient plus grand-chose à proposer en terme d’actions. De l’autre, il n’y a aucune garantie de résultats en terme de revendications: on peut très bien imaginer que ce gouvernement, particulièrement inflexible, ne cède rien, même après une semaine de grève. C’est un gros pari, mais un pari forcé.

— Vivre dignement ma retraite : 60 ans à taux plein, j’y tiens —

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:15

image1.gif

Publié le 6 octobre 2010

La CGT s’adresse à vous

— Vivre dignement ma retraite : 60 ans à taux plein, j’y tiens —

Tous ensemble pour nos retraites mardi 12 octobre 2010 grande journée de grèves et de manifestations. Discutons et décidons ensemble des suites !

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE