CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Actualité
  • > Fermeture de delphi à Strasbourg : 300 emplois sacrifiés par Général Motors

29 novembre, 2010

Fermeture de delphi à Strasbourg : 300 emplois sacrifiés par Général Motors

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 16:37

Fermeture de delphi à Strasbourg : 300 emplois sacrifiés par Général Motors dans Actualité arton1400-749a5

Publié le lundi 29 novembre 2010 dans Secteur automobile

arton1500-ddbea dans Actualité

Jeudi 25 novembre, l’usine Delphi a cessé de fonctionner. Les quelques trois cents salariés ont perdu leur emploi. Quelques uns vont retrouver un autre emploi, d’autres, vont faire des formations plus ou moins bidons à pôle emploi pour en définitive, ne retrouver que des boulots précaires, mal payés.

En 1999, pour des raisons financières et juridiques, ce secteur a été transféré à la société DELPHI, créée de toute pièce par GENERAL MOTORS CORPORATION. Une partie des travailleurs s’est vue du jour au lendemain devenir salariés de Delphi, alors qu’ils travaillaient depuis plusieurs années à GMS.

En 2005, les travailleurs, ayant appris que l’usine avait de forte chance de disparaître, se sont mobilisés. Ils ont fait trois jours de grève en juillet pour obtenir l’assurance que si ils étaient licenciés, ils partiraient avec un peu d’argent. La direction avait alors cédé 55 000€.

Fin 2009, lorsqu’il était évident que GMC allait fermer cette unité de production (comme elle avait déjà fermé deux usines dans la région parisienne), ils ont dû faire à nouveau grève pour être sûr de toucher l’argent promis, car la direction commençait à leurs mettre des bâtons dans les roues.

ILS SE SONT BATTUS COLLECTIVEMENT ET LA DIRECTION A CEDE ! Même si la somme obtenue n’est pas à la hauteur des centaines de millions de profits qu’ils ont fait gagner durant toutes ces années aux actionnaires, les travailleurs de DELPHI ont montré qu’en se battant contre la rapacité de GMC, on pouvait obtenir un peu d’argent, et c’est bien la preuve qu’ils en ont ! Au bout du compte, ils ont obligé Delphi à respecter ses engagements par leur lutte.

LES FINANCIERS SABRENT LE CHAMPAGNE A LA BOURSE DE NEW YORK POUR FETER LE RETOUR DE GMC AVEC 20 MILLIARDS DE DOLLARS D’ACTIONS

« GMC lève 20,1 milliards de dollars pour une mise en bourse record », titrait le journal économique « Les Echos » jeudi 18 novembre 2010. Toute la presse s’enthousiasme de la réussite de ce fleuron de l’automobile américain. Le premier trust américain, au bord de la faillite il y a à peine plus d’un an a fait 5 milliards de dollars de bénéfices entre janvier et octobre 2010.

Des milliers de travailleurs ont été licenciés en Amérique ; 30. 000 licenciés au bas mot ; 14 usines fermées ; des énormes sacrifices ont été imposés aux travailleurs du groupe si bien que de plus en plus de travailleurs perçoivent aujourd’hui un salaire inférieur de moitié de ce qu’ils touchaient. Leur retraite et leur couverture sociale ont été diminuées de moitié et avec le krach de 2008, une partie des retraités qui avaient légitimement cotisés ont perdu leur pension.

L’état américain a apporté 50 milliards de dollars à GMC, prétendument en faillite en 2008. Les responsables du gouvernement américain ont utilisé tout un tas d’astuce pour que GMC ne soit pas obligé de rembourser une grosse part de ce qui était présenté comme prêt. Le gouvernement fédéral a également accordé à GMC, une réduction d’impôts spéciale estimée à 45 millions de dollars. L’état du Michigan, où se trouve le siège de GMC à Detroit a aussi offert des réductions d’impôts, alors que ce même état se dit être à cours d’argent pour payer les salaires et les prestations sociales à ses employés. L’Allemagne, la Belgique, ont également donné des aides substantielles à GMC pour soi-disant sauvegarder les emplois. On a vu ce que cela a donné à Anvers !

En France, le groupe GMC ferme Delphi et met à la porte plus de 300 salariés ! Quant aux salariés de GM Strasbourg, ils devraient se serrer la ceinture : Pas d’augmentation de salaire pendant 2 ans, des RTT supprimées, toujours plus de travail pour chacun alors que les effectifs diminuent.

TOUT CELA POURQUOI ? Pour que les financiers et spéculateurs qui se sont jetés sur les actions de GMC à New York puissent engranger des dividendes de plus en plus juteux. C’est du travail des salariés qu’ils espèrent tirer toujours plus de profits avec ces actions qu’ils ont achetées à 34 dollars en début de journée et qui en quelques heures sont montées à 36 dollars.

Et leurs dévoués serviteurs vont venir expliquer aux salariés : « Qu’il faut travailler à trois là où nous étions quatre » , « Qu’une minute de plus sur le temps de pause c’est inadmissible, c’est du temps de travail en moins, etc. »

Commentaires désactivés.

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE