CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 14 décembre 2010

14 décembre, 2010

Smic : pas de coup de pouce C’est Noël pour les patrons !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:09

image1.gif

mardi 14 décembre 2010

Pour la 5ème année consécutive, il n’y aura pas de coup de pouce au Smic. Au faux prétexte de ne pas pénaliser l’emploi, le gouvernement persiste à ne pas prendre en compte les besoins des salariés.

La crise n’est pourtant pas la même pour tout le monde. Les entreprises du CAC 40 disposent d’un matelas de trésorerie de 150 milliards et soignent leurs actionnaires. Leurs dividendes ont augmenté en plein coeur de la crise en 2009, pendant que la masse salariale des entreprises baissait de 9,8 %. Et quant aux 2 millions de salariés « smicards », ils devront se contenter de 55 centimes en plus par jour … Et beaucoup moins pour ceux et surtout celles qui sont à temps partiel !

Cerise sur le gâteau des injustices : après avoir repoussé l’obligation de négocier dans les entreprises sur l’égalité homme/femme, les branches dont les minima conventionnels sont inférieurs au Smic, ne seront pas sanctionnées. Au contraire, elles pourront continuer à percevoir des exonérations avec la bénédiction gouvernementale jusqu’en 2013 ! Cela concerne 1,4 million de salariés.

C’est clairement encourager le patronat à s’affranchir du cadrage pourtant obligatoire qu’est le Smic. Cette attitude n’est pas pour nous le signe d’un gouvernement qui veut s’attaquer aux problèmes de l’emploi, de la précarité, de toutes les inégalités et injustices.

La Cgt estime qu’il faut une réforme structurelle des cotisations sociales et du système des aides publiques aux entreprises.

Il faut donner un vrai coup de pouce au Smic, jusqu’à le porter à 1600 euros et qu’il se répercute sur l’ensemble de la grille des rémunérations.

C’est une question de justice sociale, de reconnaissance du travail et d’efficacité économique.

Montreuil, le 14 décembre 2010

Champs Electromagnétiques Les salariés ont le droit au même niveau de protection sanitaire que le public

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:06

image1.gif

mardi 14 décembre 2010

La CGT considère comme inadmissible que l’exposition professionnelle aux champs électromagnétiques ne soit pas règlementée et ne soit pas prise en compte dans le suivi des carrières des salariés.

La recommandation européenne de 1999 concernant l’exposition du public a été transcrite dans le droit français et s’applique notamment aux opérateurs téléphoniques et aux réseaux d’électricité, mais elle ne concerne que les riverains et les passants et pas les salariés qui travaillent sur ces installations. Les seuils d’exposition sont jugés trop hauts par certains médecins, élus et associations mais ils limitent quand même les risques sanitaires.

En revanche, la directive européenne de 2004 concernant « les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l’exposition des travailleurs », qui devait s’appliquer au plus tard en avril 2008, a été reportée en 2012 suite au lobbying des secteurs concernés. La directive offrait des garanties sanitaires très insuffisantes, nettement en deçà des règles applicables au public, mais c’était déjà trop pour les employeurs.

Pourtant, les salariés sont exposés à des CEM dans la plupart des secteurs : l’industrie, le secteur médical et scientifique, la branche Energie, le transport ferroviaire, les télécommunications etc. Les seuils d’exposition préconisés par l’Organisation Mondiale de la Santé, qui visent à protéger les travailleurs des « effets reconnus nocifs à court terme » en particulier sur le cerveau, sont souvent largement dépassés. Il n’est donc pas admissible de se retrouver dans un vide réglementaire total. Le Parlement européen a d’ailleurs voté une résolution le 2 avril 2009 qui demande à la Commission européenne d’accélérer l’application de la directive.

Il est irresponsable, de la part des autorités européenne et française, de ne pas imposer aux employeurs des seuils d’exposition qui préservent la santé des salariés. En outre, les salariés doivent être informés sur les risques encourus et avoir un suivi médical spécifique avec une traçabilité des expositions.

Concernant les risques à long terme, le champ magnétique est classé comme « cancérogène possible » par le Centre International de Recherche sur le Cancer. Plusieurs études épidémiologiques ont montré une association entre exposition professionnelle aux CEM et cancers. C’est pourquoi, les salariés fortement exposés ne peuvent pas se contenter de paroles rassurantes sur l’innocuité des champs électromagnétiques : des études indépendantes doivent être réalisées parmi les travailleurs et les retraités des entreprises concernés.

La CGT demande à M. Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, de prendre position sur la question de l’exposition professionnelle. Le gouvernement français doit prendre ses responsabilités et légiférer sans attendre la nouvelle directive européenne prévue seulement en 2012. Les salariés ont droit au même niveau de protection sanitaire que le public.

Montreuil, le 14 décembre 2010

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE