CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour décembre 2010

16 décembre, 2010

On ne lâchera rien ! – CF 237

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:22

On ne lâchera rien ! - CF 237 dans Actualité arton1400-749a5

Publié le jeudi 16 décembre 2010 dans Le Courrier Fédéral

arton1534-1d2eb dans Actualité

Sommaire

- Editorial, on ne lâchera rien,

- Luttes et succès,

- Bon de commande FNI,

- 10e congrès de l’UFICT, les ICT, des salariés comme les autres,

- Hommage, Roger Vayne nous a quitté,

- Publicité.

Encart

Compte rendu des Assises des Femmes

15 décembre, 2010

Réforme des retraites Des projets de décrets qui confirment le caractère injuste et inefficace

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 16:15

image1.gif

mercredi 15 décembre 2010

Les projets de décrets d’application de la loi portant sur la réforme des retraites du 9 novembre 2010 ont été remis aux différentes caisses de retraite qui auront à émettre un avis dans les jours et semaines à venir. Les différents textes consistent en la mise en œuvre dans le régime général et la Fonction publique des dispositions de la loi, en particulier les mesures d’âges, report de l’âge légal à 62 ans et de l’âge du taux plein à 67 ans, et l’allongement de la durée d’assurance, celle-ci étant portée à 165 trimestres pour les générations 1953 et 1954.

Sont également détaillées, les conditions associées aux départs anticipés pour carrières longues. Ces conditions sont telles que de nombreux salariés, bien qu’ayant débuté leur carrière avant 18 ans, ne pourront bénéficier d’un départ à 60 ans.

Il n’y a pas pour le moment de projet de décret sur la « pénibilité ».

Dans la Fonction publique, les projets de décrets témoignent là aussi d’une volonté d’exclure nombre de fonctionnaires du bénéfice de certaines dispositions, celles relatives par exemple aux droits familiaux. Plus surprenante est la transmission aux caisses concernées des projets de décrets sur les régimes spéciaux. En effet, la loi ne serait appliquée dans ces régimes qu’à partir de… 2017. Cette hâte a valeur de message. Le gouvernement veut imposer l’idée que la page des retraites est tournée, y compris pour les régimes spéciaux.

Rappelons que si la loi du 9 novembre n’a fait l’objet d’aucune négociation, c’est encore plus vrai pour les régimes spéciaux, alors même que les projets de décrets prévoient dans ces régimes la suppression pure et simple de certaines dispositions qui n’ont jamais été évoquées jusqu’à présent, et qui concernent, comme dans la Fonction publique, essentiellement des femmes.

Compte tenu du caractère particulièrement régressif de la quasi-totalité des textes soumis aux avis des différentes caisses, la CGT formulera un avis négatif lors des votes qui auront lieu ces prochaines semaines. La page des retraites n’est pas tournée. Dans le public comme dans le privé, la CGT continuera de faire valoir ses propositions pour de tout autres orientations en matière de retraite, comme en matière de salaires, de reconnaissance de la pénibilité, d’emploi, de conditions de travail et de services publics.

Montreuil, le 15 décembre 2010

14 décembre, 2010

Smic : pas de coup de pouce C’est Noël pour les patrons !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:09

image1.gif

mardi 14 décembre 2010

Pour la 5ème année consécutive, il n’y aura pas de coup de pouce au Smic. Au faux prétexte de ne pas pénaliser l’emploi, le gouvernement persiste à ne pas prendre en compte les besoins des salariés.

La crise n’est pourtant pas la même pour tout le monde. Les entreprises du CAC 40 disposent d’un matelas de trésorerie de 150 milliards et soignent leurs actionnaires. Leurs dividendes ont augmenté en plein coeur de la crise en 2009, pendant que la masse salariale des entreprises baissait de 9,8 %. Et quant aux 2 millions de salariés « smicards », ils devront se contenter de 55 centimes en plus par jour … Et beaucoup moins pour ceux et surtout celles qui sont à temps partiel !

Cerise sur le gâteau des injustices : après avoir repoussé l’obligation de négocier dans les entreprises sur l’égalité homme/femme, les branches dont les minima conventionnels sont inférieurs au Smic, ne seront pas sanctionnées. Au contraire, elles pourront continuer à percevoir des exonérations avec la bénédiction gouvernementale jusqu’en 2013 ! Cela concerne 1,4 million de salariés.

C’est clairement encourager le patronat à s’affranchir du cadrage pourtant obligatoire qu’est le Smic. Cette attitude n’est pas pour nous le signe d’un gouvernement qui veut s’attaquer aux problèmes de l’emploi, de la précarité, de toutes les inégalités et injustices.

La Cgt estime qu’il faut une réforme structurelle des cotisations sociales et du système des aides publiques aux entreprises.

Il faut donner un vrai coup de pouce au Smic, jusqu’à le porter à 1600 euros et qu’il se répercute sur l’ensemble de la grille des rémunérations.

C’est une question de justice sociale, de reconnaissance du travail et d’efficacité économique.

Montreuil, le 14 décembre 2010

Champs Electromagnétiques Les salariés ont le droit au même niveau de protection sanitaire que le public

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:06

image1.gif

mardi 14 décembre 2010

La CGT considère comme inadmissible que l’exposition professionnelle aux champs électromagnétiques ne soit pas règlementée et ne soit pas prise en compte dans le suivi des carrières des salariés.

La recommandation européenne de 1999 concernant l’exposition du public a été transcrite dans le droit français et s’applique notamment aux opérateurs téléphoniques et aux réseaux d’électricité, mais elle ne concerne que les riverains et les passants et pas les salariés qui travaillent sur ces installations. Les seuils d’exposition sont jugés trop hauts par certains médecins, élus et associations mais ils limitent quand même les risques sanitaires.

En revanche, la directive européenne de 2004 concernant « les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à l’exposition des travailleurs », qui devait s’appliquer au plus tard en avril 2008, a été reportée en 2012 suite au lobbying des secteurs concernés. La directive offrait des garanties sanitaires très insuffisantes, nettement en deçà des règles applicables au public, mais c’était déjà trop pour les employeurs.

Pourtant, les salariés sont exposés à des CEM dans la plupart des secteurs : l’industrie, le secteur médical et scientifique, la branche Energie, le transport ferroviaire, les télécommunications etc. Les seuils d’exposition préconisés par l’Organisation Mondiale de la Santé, qui visent à protéger les travailleurs des « effets reconnus nocifs à court terme » en particulier sur le cerveau, sont souvent largement dépassés. Il n’est donc pas admissible de se retrouver dans un vide réglementaire total. Le Parlement européen a d’ailleurs voté une résolution le 2 avril 2009 qui demande à la Commission européenne d’accélérer l’application de la directive.

Il est irresponsable, de la part des autorités européenne et française, de ne pas imposer aux employeurs des seuils d’exposition qui préservent la santé des salariés. En outre, les salariés doivent être informés sur les risques encourus et avoir un suivi médical spécifique avec une traçabilité des expositions.

Concernant les risques à long terme, le champ magnétique est classé comme « cancérogène possible » par le Centre International de Recherche sur le Cancer. Plusieurs études épidémiologiques ont montré une association entre exposition professionnelle aux CEM et cancers. C’est pourquoi, les salariés fortement exposés ne peuvent pas se contenter de paroles rassurantes sur l’innocuité des champs électromagnétiques : des études indépendantes doivent être réalisées parmi les travailleurs et les retraités des entreprises concernés.

La CGT demande à M. Xavier BERTRAND, Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé, de prendre position sur la question de l’exposition professionnelle. Le gouvernement français doit prendre ses responsabilités et légiférer sans attendre la nouvelle directive européenne prévue seulement en 2012. Les salariés ont droit au même niveau de protection sanitaire que le public.

Montreuil, le 14 décembre 2010

13 décembre, 2010

HOLD UP DE LA DIRECTION SUR LES ELECTIONS PROFESSIONNELLES 2010

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 17:47

cgtcater2.jpg

 

 

 

 

 

HOLD UP DE LA DIRECTION SUR LES ELECTIONS

PROFESSIONNELLES 2010

 

Grenoble, le 13 décembre 2010

 

Vendredi 10 décembre 2010, lors de la réunion extraordinaire du Comité d’Entreprise, les salarié-es de l’entreprise ont été les victimes d’une véritable arnaque à la démocratie. En effet, contre toute attente, la direction de CFSAS représentée par Mme Wouters, et le représentant du 3° collège, M Escoffier, ont reconduit le secrétaire du comité d’Entreprise sortant, M Gamez, dans son mandat pour les quatre prochaines années.

Si l’on s’était habitué à voir le représentant du 3° collège à prendre partie pour le syndicat Force Ouvrière, c’est néanmoins une première en ce qui concerne un représentant de la direction.

En préambule de l’élection du secrétaire du comité d’entreprise, la CGT a fait une déclaration prônant l’ouverture et la négociation pour un partage équitable des postes du bureau du comité d’Entreprise entre les organisations CGT et FO, tout en revendiquant le poste de secrétaire de CE, poste légitime en tant que première organisation représentative au Comité d’Entreprise (1).

Cette solution a été très clairement refusée par FO et le représentant du 3° collège, préférant  passer outre le débat et la négociation. Car bien évidemment, ils étaient tous de connivence et avaient établi, de longue date, une stratégie commune, DRH comprise.

 De ce fait, il était clair que le candidat légitime de la CGT (Nicolas BENOIT) n’aurait pas pu passer en cas d’égalité de voix, nous avons donc fait le choix de présenter le candidat le plus âgé afin de garantir le respect de la démocratie, c’est-à-dire un secrétaire de Comité d’Entreprise CGT.

 La surprise est venue de la Direction avec le vote de la directrice des ressources humaines, Mme Wouters, qui a pris la décision de prendre position pour le candidat FO, faisant basculer le poste de secrétaire en faveur de M Gamez.

 C’est le vote anti-CGT de la direction pour contribuer au maintien d’un syndicat maison, qui n’a en rien contribué à garantir les intérêts des salarié-es ces dernières années, même s’il parvient encore à faire illusion. On comprend davantage le sens du message donné par la Direction avec le courrier électronique envoyé la veille du premier tour des élections.

Les masques sont tombés ! En l’absence de toute neutralité, Mme Wouters, ne se gêne pas de prendre part à l’élection du trésorier, du trésorier adjoint, du secrétaire adjoint, offrant sur un plateau deux postes d’importance à l’organisation Force Ouvrière. Et ce, en foulant aux pieds, avec mépris, le résultat des votes des salariés.

Voilà le mode de dialogue social que souhaite mettre en place la Direction dans cette entreprise. Cela laisse à réfléchir sur les sujets à venir, tant sur les négociations salariales que sur les conditions de travail issues de la transformation de l’entreprise.

Malgré toutes les irrégularités liées aux élections professionnelles et à l’élection des membres du bureau du comité d’entreprise, la CGT, afin de préserver les intérêts des salarié-es et pour ne pas pénaliser les familles et leurs enfants, ne contestera pas ce vote interne ; nous laisserons les salarié-es seuls juges des manœuvres et des collusions d’intérêts entre la direction, le syndicat FO et le troisième collège.

Par contre, nous prenons l’engagement ferme de continuer notre travail de proximité avec les salarié-es pour garantir l’application du droit du travail et la reconnaissance de notre travail par l’amélioration des conditions de travail, des salaires et des acquis sociaux. Ceci avec l’honnêteté qui caractérise vos élu-es CGT. Rassemblons nos forces, soyons solidaires et nos efforts paieront. Nous avons besoin de vous pour faire bouger les lignes.

 

(1) S’agissant de la déclaration de la CGT (voir panneau d’affichage) en réunion extraordinaire du comité d’entreprise, outre le partage des postes dans le bureau et la revendication du poste de secrétaire, nous proposions également de construire un budget en commun entre les trois collèges et d’ouvrir les commissions et les vice-présidences de commission à toutes les organisations syndicales afin  de faire respecter les résultats des urnes et d’impulser une nouvelle politique sociale d’entreprise.

12345...7
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE