CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

22 avril, 2011

CONTINUONS !!!

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 20:27

cgtcater2.jpgGRENOBLE, le 22.04.2011    

 

 

CONTINUONS !!! 

POUR LES SALAIRES, L’EMPLOI, LES CLASSIFICATIONS, LA PENIBILITE, LES CONDITIONS DE TRAVAIL…

L’ensemble du personnel de l’entreprise est invité à poursuivre l’arrêt collectif de travail sur les revendications liées aux salaires, aux classifications, à la pénibilité du travail, aux conditions de travail, … en se déclarant en grève 5 minutes avant chaque fin de poste, ce vendredi 22.04.2011et jusqu’au lundi 25.04.2011 à la prise de poste.

Nous vous conseillons d’informer votre hiérarchie par politesse et de badger également lors de votre départ 5 minutes avant la fin de poste.

Nous devons continuer à exprimer tous ensemble notre fort mécontentement  à l’encontre de notre employeur qui manque de considération pour l’ensemble de son personnel.

Seule une action massive et durable pourra faire aboutir nos revendications !!!

POUR LES SALAIRES, L’EMPLOI, LES CLASSIFICATIONS, LA PENIBILITE, LES CONDITIONS DE TRAVAIL…

5 minutes de grève avant chaque fin de poste et jusqu’au lundi, prise de poste,que nous ayons des HS ou pas à faire et que nous voulions les faire ou pas.

Les élus Cgt Caterpillar

Echirolles «On ne s’attendait pas à un tel recul social» – Libération

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:02

Echirolles «On ne s’attendait pas à un tel recul social» - Libération dans Actualité logo-white

Publié le 22 avril 2011 par Jcgrellety

La ligne d’horizon d’Echirolles, banlieue sud grenobloise, est marquée d’un fer jaune et noir : le sigle du constructeur d’engins de chantier Caterpillar, peint sur le château d’eau accolé à l’usine. Un totem visible de toute la ville, devenu l’un des symboles des violentes luttes qui, comme celles des Continental de Clairoix, ont marqué l’histoire sociale de la France sous Sarkozy.

Galère. Ce quinquennat avait pour eux mal commencé avec, dès 2007, des mesures de chômage partiel imposées par leur direction. Premiers endettements pour de nombreux ouvriers qui ont perdu jusqu’à 30% de leur salaire. Premières désillusions sur l’augmentation promise du pouvoir d’achat. Les slogans répétés de visite d’usine en visite d’usine durant la présidentielle sont vite apparus à mille lieux de la réalité de ces ouvriers. «Les gens ici n’avaient pas forcément cru à ce que promettait Sarkozy, mais personne ne s’attendait à un tel recul social. En un rien de temps, des familles se sont retrouvées dans des situations catastrophiques», raconte Nicolas Benoît, délégué syndical CGT chez Caterpillar.

La colère des «Cater» a explosé au printemps 2009, lorsque le groupe américain a annoncé la suppression de 733 emplois sur les 2 700 du site. La faute à la crise, c’est-à-dire à personne. Les ouvriers ont bloqué l’usine, brûlé des pneus, séquestré les cadres dirigeants. Des mois de combat pour réduire à 600 le nombre de départs. Pour qu’à peine un an plus tard, l’usine réembauche à nouveau… des intérimaires et des CDD. Sur les 600 licenciés, seul un tiers a retrouvé des situations stables (CDI, création d’activité ou retraite). Nicolas Benoît, qui a suivi les parcours, raconte l’inextricable galère des autres, «confrontés à un système de plus en plus inefficace». Il explique qu’ils ont pu mesurer «la contre-efficacité des mesures du gouvernement». Et cite la création de Pôle Emploi, fusion de l’ANPE et de l’Assédic. «C’est la politique du chiffre. Qui consiste non pas à orienter les demandeurs, mais à en radier le plus possible.»

Echirolles «On ne s’attendait pas à un tel recul social» - Libération

Nicolas Benoît, délégué CGT chez Caterpilar (Sébatien Erome/Signatures) «Misère». Parmi les 600 licenciés, ceux qui ont retrouvé du travail via Pôle Emploi se comptent sur les doigts de la main. Le syndicaliste a le sentiment que toutes les mesures et les politiques ont été menées en oubliant la question centrale, «celle des salaires et du pouvoir d’achat». Chez Caterpillar, les ouvriers sont désormais soumis aux heures supplémentaires imposées, le soir et le samedi. Un ouvrier est venu expliquer à sa hiérarchie qu’il n’avait pas les moyens de venir en dehors des horaires de transports en commun, parce que l’essence lui coûtait trop cher. Un autre, dont la femme travaille le samedi, ne peut pas s’offrir de garde d’enfants le week-end. «On ne voit pas que les gens qui travaillent n’ont plus les moyens de travailler. On leur demande de se partager de la misère», dit Benoît. Pour lui, la colère est davantage contre «le système» que contre Sarkozy. «Ce qu’on a vu ces dernières années, c’est la décrédibilisation des politiques. On les regarde partir en vacances dans leurs avions et ils sont incapables de rien pour nous. Il faut se débrouiller.» Chez Caterpillar, la CGT a mis en place une caisse de solidarité. Les dossiers s’empilent. Ils sont nombreux à s’être endettés dès les premières mesures de chômage partiel. «Je vois des salariés à qui il reste 400 euros par mois pour faire vivre leur famille.»

via www.liberation.fr

Carrefour : après la grève, les syndicats signent un accord sur les salaires

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 19:36

22/04/11 | 18:10 | Les Echos

Le groupe de grande distribution propose une hausse des salaires de 2 % au 1 er mars, une prime exceptionnelle de 200 euros au 31 juillet et une augmentation de 7 à 10 % de la remise sur tous les produits vendus en hypermarchés.

Carrefour : après la grève, les syndicats signent un accord sur les salaires dans Actualité 0201321607259_web

La direction de Carrefour a annoncé vendredi la signature d’un accord sur les salaires, mettant un terme à un conflit marqué par une grève très suivie le 9 avril au sein du groupe de 65.000 salariés.L’accord a été signé par FO, premier syndicat de l’entreprise, ainsi que les syndicats CFDT, CGC et CAT, a indiqué le géant de la grande distribution dans un communiqué.

Cet accord prévoit une augmentation des salaires de 2% au 1er mars, une prime exceptionnelle de 200 euros au 31 juillet et une hausse de 7 à 10% de la remise sur tous les produits vendus en hypermarchés pour les salariés de l’enseigne.

Dans le communiqué, la direction de Carrefour se dit «satisfaite de la signature de cet accord» et se félicite de la reprise du «dialogue social» au sein du groupe.

La direction de Carrefour avait initialement clos les négociations salariales en proposant une augmentation de 1% en mars et 1% en octobre, maisles syndicats ayant jugé les propositions «minimalistes» avaient appelé conjointement -un fait inhabituel -à un mouvement de grève le 9 avril qui avait perturbé le fonctionnement de nombreux magasins.

Selon FO, qui représente 45% des voix aux élections professionnelles, la grève à laquelle avaient aussi appelé la CGT et la CFDT, avait été «historique» . Sur un peu plus de 200 hypermarchés dans l’Hexagone, «130 ont été fortement touchés et le taux de grévistes a été de 85%», avait avancé le syndicat.

LES ECHOS (SOURCE AFP)

21 avril, 2011

Fonction publique Le gouvernement congèle les salaires pour 2011 et 2012

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:29

image1.gif

jeudi 21 avril 2011, par Frédéric Dayan

La CGT Fonction publique, avec les autres organisations syndicales, se sont rendues le 19 avril aux « rendez-vous salarial » de la Fonction publique. Comme l’avait déjà annoncé toute la presse, le ministre Baroin a redit que le point d’indice pour 2011 et 2012 serait gelé.

Il a tenté de convaincre, sans succès, les organisations que cette « congélation » salariale pouvait trouver d’autres réponses au travers des « mesurettes » catégorielles ou autres.

La CGT a réaffirmé devant les ministres Baroin et Tron, que l’augmentation du point d’indice était encore plus incontournable face à l’inflation galopante (+ 0,8 % pour le seul mois de mars). Elle a également revendiqué le rattrapage de la perte du pouvoir d’achat accumulée depuis 2000 qui représente près de 10 % (Lire à ce sujet le document de la CGT Fonctionnaires sur l’évolution du pouvoir d’achat du point d’indice depuis janvier 2000).
Pour la CGT, le GVT (Glissement Vieillesse Technicité), pas plus que les autres artifices annoncés, ne répondent à la perte du pouvoir d’achat des plus de 5 millions d’agents des trois versants de la Fonction publique.
FSU, SOLIDAIRES, CGC, CGT, CFDT, UNSA, CFTC ont, par une déclaration unitaire, fait part de leur profond mécontentement devant l’absence de mesures répondant aux fortes attentes des personnels. Elles ont demandé avec insistance l’ouverture de réelles négociations sur l’augmentation du point d’indice, le rattrapage de la perte du pouvoir d’achat et une amplitude réelle des carrières.

Pour la CGT, « la mobilisation des personnels s’impose, dans l’unité la plus large, pour obtenir de réelles augmentations salariales par la revalorisation du point d’indice, pour redonner de l’amplitude aux carrières et reconstruire la grille indiciaire. »

Les organisations syndicales de la Fonction publique se revoient dès la semaine prochaine pour décider ensemble des actions urgentes à mener avec les agents.

Pour sortir de la crise Il y a urgence !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:19

image1.gif

Publié le 21 avril 2011

Annonce d’une prime sous conditions d’un coté, congélation des salaires des fonctionnaires pour deux ans de l’autre, le gouvernement répond par le cynisme à la pression revendicative sur les salaires.

Pour sortir de la crise Il y a urgence ! dans Actualité arton38319-6f717

12345...10
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE