CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 12 octobre 2011

12 octobre, 2011

Bernard Thibault : « l’austérité, il y en a marre »

Classé dans : Actualité — essai38 @ 20:40

Social-EcoBernard Thibault : le 11 Octobre 2011

Le secrétaire général de la CGT, Bernard Thibault, qui participait mardi à la manifestation interprofessionnelle à Marseille, a appelé à la fin de l’austérité parce qu’ »il y en marre », et demandé au gouvernement de « changer d’optique ».

« Loin de nous sortir de la crise économique, cette austérité salariale, cette précarité sociale vont nous enfermer dans la récession et tout le monde va y perdre », a estimé le syndicaliste, en tête du cortège marseillais, qui a rassemblé 30 000 personnes selon les organisateurs. « Prenons d’autres mesures: il est possible par exemple de faire beaucoup d’économies sur l’argent public donné aujourd’hui sur les entreprises sans que les résultats sur l’emploi ou les salaires ne s’en trouvent modifiés », a-t-il ajouté.

Il a expliqué avoir choisi Marseille – parmi les 200 manifestations prévues mardi au niveau national – parce qu’il s’agit d’une ville « combative, où les enjeux sont tout à fait symboliques, qu’il s’agisse du niveau de précarité ou de la bataille pour la sauvegarde des outils industriels dans notre pays ». Citant les employés en lutte de Fralib (groupe Unilever), qui occupent toujours leur usine à Gémenos, ou ceux de la raffinerie LyondellBasell, à Berre L’Etang (Bouches-du-Rhône), qui viennent d’obtenir un sursis du groupe pétrochimique américain, le secrétaire général de la CGT a rappelé qu’en France, « un salarié sur deux a moins de 1.500 euros pour vivre ». « Il y a urgence sociale dès maintenant. Les fermetures d’usine, c’est en ce moment qu’elles nous menacent, la baisse du pouvoir d’achat, c’est aujourd’hui qu’elle se produit », a-t-il martelé.

Interrogé sur les échéances électorales à venir, le syndicaliste a souligné que « six mois, c’est long pour le quotidien des salariés qui, pour beaucoup d’entre eux, n’ont pas de quoi finir le mois ou n’ont pas de travail ». Détaillant les propositions de la CGT pour remettre de l’argent dans les caisses, Bernard Thibault a rappelé que la fraude fiscale était « évaluée aujourd’hui entre 45 et 50 milliards d’euros par an ». Pourquoi ne pas « renforcer les effectifs pour le contrôle fiscal, notamment pour l’impôt que doivent payer les sociétés », a-t-il proposé. « Remettre en cause les aides fiscales, les aides publiques, les exonérations de cotisations qui sont versées aux entreprises, 186 millions d’heures supplémentaires effectuées par les salariés qui donnent lieu à des aides financières de la part de l’Etat, voilà une source d’économies ! ». « Revoir la fiscalité pour les plus fortunés, voilà une source de recettes fiscales supplémentaires », a-t-il conclu.

Dans ce département, considéré comme le plus médicalisé de France, les salariés des fédérations mutualistes étaient représentés en nombre mardi. Ils ont ainsi dit refuser « de payer une nouvelle fois les conséquences de la crise ». Outre Fralib, l’autre symbole des luttes dans les Bouches-du-Rhône était également représentée par les salariés de la raffinerie Lyondellbasell, qui viennent de faire repousser la fermeture de leur site de Berre. On notait aussi la présence de syndicalistes du groupe sidérurgique ArcelorMittal défilant sous une banderole « Arcelor Minable, No1 mondial de misère ».

Caterpillar: dividende trimestriel maintenu inchangé

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 19:02

LExpress.fr

Mercredi 12 octobre 2011 à 17:16 – Par Cercle Finance

Caterpillar, le numéro un mondial des engins de terrassement, a annoncé mercredi le maintien inchangé de son dividende trimestriel de 46 cents.

Doug Oberhelman, le PDG du groupe, rappelle dans un communiqué que Caterpillar verse systématiquement à ses actionnaires un dividende trimestriel depuis 1933, caractéristique selon lui d’un ‘investissement attrayant sur le long terme’.

Le prochain dividende trimestriel sera versé le 19 novembre prochain aux actionnaires enregistrés en date du 24 octobre.

Boutiques France Télécom Paris,la grève contre la nouvelle part variable

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:42

image1.gif

mercredi 12 octobre 2011, par Frédéric Dayan

Hier 11 octobre 2011, les salariés des boutiques parisiennes de France télécom/orange étaient très majoritairement en grève. À plus de 75% ils ont cessé le travail pour protester contre la mise en place d’une nouvelle politique de rémunération qui anticipe la mise en place d’une nouvelle « part variable » conduisant à des baisses de rémunération de plusieurs centaines d’euros.

Un rassemblement s’est tenu devant la boutique de la Madeleine avec plus d’une cinquantaine de vendeurs qui ont crié leur ras le bol de la pression des objectifs, des pressions managériales, de la perte de rémunération et de la dégradation des conditions de travail. Les manifestants ont notamment exigé une augmentation de 300€ et des emplois en nombre suffisant.

Si la direction a pu ouvrir quelques boutiques (les plus « importantes ») c’est grâce aux managers qui se sont transformés en vendeurs et à quelques salariés en CDD. Néanmoins, la direction n’a pas hésité à réaliser certaines de ces ouvertures avec un nombre de salariés insuffisant, au détriment de la sécurité.

Outre le refus de cette énième nouvelle part variable, la CGT relayant les revendications des salariés, a revendiqué notamment une augmentation du salaire fixe d’au moins 300€, des emplois et l’amélioration des conditions de travail.

« A toutes les questions la direction n’a pas pu, pas su, ou pas voulu répondre, se retranchant systématiquement derrière des décisions nationales sur lesquelles elle n’aurait aucune prise » indique la CGT Télécoms Paris .

Code du travail,simplification du droit, pas réduction des droits !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:33

image1.gif

mercredi 12 octobre 2011

PDF - 107.3 ko
texte en pdf

Une fois de plus, sous prétexte de « simplifier le droit » une proposition de loi faite par un député de l’UMP, Jean-Luc Warsmann, modifie en profondeur le Code du travail.

Parmi les nombreuses dispositions d’un texte fourre-tout, un coup terrible est porté à la législation du temps de travail. En cas de modification de la durée du travail (sur une période supérieure à la semaine et au plus égale à l’année) prévue par un accord collectif, la protection du salarié apportée par les clauses de son contrat de travail deviendrait caduque. A titre d’exemple, un employeur pourrait exiger de son salarié de travailler une semaine durant 48 heures et 10 heures la semaine suivante sans que celui-ci ne puisse s’y opposer. Cette disposition va à l’encontre des décisions de la Cour de cassation et des droits fondamentaux des salariés.

La forte implication du gouvernement pour soutenir cette modification du Code du travail fait la démonstration qu’encore une fois il a manoeuvré pour contourner les obligations issues de la loi du 31 janvier 2007 (dite de « modernisation du dialogue social »). Celle-ci dispose que tout projet gouvernemental, modifiant le Code du travail, doit impérativement faire l’objet d’une saisine préalable des organisations syndicales et patronales pour les inviter à ouvrir une négociation interprofessionnelle.

En faisant porter ce projet de recul social par un député, dans le cadre d’une proposition de loi, le gouvernement compte s’affranchir de cette obligation dont il ne manque pas par ailleurs de se féliciter comme étant une grande marque de respect du dialogue social.

La disposition votée par l’assemblée nationale, étendant l’application de la loi de 2007 aux propositions de loi parlementaires, doit enfin être votée par le Sénat où elle est bloquée depuis plus d’un an.

Dans l’immédiat, nous demandons au gouvernement et aux parlementaires de renoncer à porter, dans ces conditions, un tel coup bas aux droits fondamentaux des salariés.

Montreuil, le 12 octobre 2011

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE