CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Actualité
  • > Psa Saint-Ouen et Valenciennes.La CGT dénonce des tentatives de licenciements individuels

27 septembre, 2012

Psa Saint-Ouen et Valenciennes.La CGT dénonce des tentatives de licenciements individuels

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 21:36

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

jeudi 27 septembre 2012 , par F. Dayan

La presse s’est récemment fait l’écho de la tentative de licenciement d’une salariée de l’usine PSA de Valenciennes pour deux raclettes de ménage dans un sac d’une valeur de 3,07 €. Devant cette mauvaise publicité, PSA a renoncé à la licencier. Mais la CGT de PSA dénonce de nouvelles tentatives de licenciements.

Ainsi, à l’usine de Saint-Ouen (650 salariés, 2ème site PSA du 93 avec Aulnay-sous-bois), c’est sur un rapport de la direction a adressé à la société Derichebourg qu’Ousmane, salarié du nettoyage employé de cette société sur le site depuis des années a été mis à pied à titre conservatoire le 31 août puis licencié par son employeur pour une « tentative de vol » portant sur des chaussures de sécurité usagées qui étaient destinées à la poubelle. Ces chaussures ne sont jamais sorties du site et sont parties à la poubelle. Ce salarié est père de 6 enfants. 307 salariés de Saint-Ouen ont signé une pétition contre son licenciement.

Dans la foulée, sur un deuxième rapport de la direction PSA de Saint-Ouen à la société FACEO, filiale de VINCI, un salarié du gardiennage, employé de cette société sur le site, a été convoqué par son employeur pour un entretien préalable à licenciement ce mercredi 26 septembre. Il serait accusé d’avoir été surpris en train de dormir à son poste alors qu’il consultait son téléphone portable. Ce salarié a déjà été retiré du site et remplacé par un collègue qu’il a dû lui-même former !

A l’usine de Mulhouse, Ali, un salarié victime d’un accident du travail en juillet 2010, remis à des postes de plus en plus durs depuis sa reprise, qui est actuellement en longue maladie est menacé de licenciement. Entre temps, il a subi des pressions pour lui « conseiller » de démissionner. Avant tous ces soucis de santé, il était considéré comme un « bon élément », surnommé « Speedy Gonzales ». Maintenant, il est menacé de licenciement.

Toujours à Mulhouse, Daniel, un salarié qui a été victime d’un malaise au travail en mars 2012 et qui est suivi depuis pour des soucis cardiaques et d’hypertension, a été convoqué pour une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement parce qu’il n’aurait pas justifié de 17 jours d’arrêts-maladie. « Ce qui est faux », affirme le syndicat CGT.

« Au-delà de ces différents cas choquants, ce sont tous les salariés qui sont visés car chacun se dit : « Cela pourrait m’arriver à moi ». Et c’est sans doute le but visé », dénonce la CGT dans un communiqué. « Il semble que, dans tous les sites, des consignes aient été données pour « resserrer la vis » et faire régner un climat de peur pour faire taire les salariés sur qui pèsent, partout, les menaces de licenciements liées au plan des 8000 suppressions d’emplois.
La CGT n’accepte ni les menaces ni les intimidations.  »

Commentaires désactivés.

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE