CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Recherche : avenant accord rtt

14 octobre, 2011

Caterpillar : Champion du monde de la précarité et de la flexibilité

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 16:44

cat.bmp

 

 

Caterpillar : Champion du monde de la précarité et de la flexibilité

 

Contre la précarisation du travail,

embauche immédiate des salariés CDD et Intérim!

  Grenoble, le 14 octobre 2011

Dans un communiqué récent, Caterpillar, le géant de l’équipement industriel, a annoncé qu’il avait augmenté sa main-d’œuvre flexible de 50% entre juin 2010 et juin 2011 (Titrait la Fédération Internationale des Organisations des Travailleurs de la Métallurgie – FIOM)

Dans cet article, Caterpillar annonçait que la croissance de la demande et les investissements effectués jusqu’en juin 2011 avaient entraîné une augmentation de ses effectifs au niveau mondial de plus de 27.000 personnes depuis le début de 2010.  Environ un tiers aux Etats-Unis et deux-tiers en dehors des USA. Rappelons que la crise de 2009 avait conduit Caterpillar a licencié plus de 20.000 salariés.
Le recours au travail précaire comme logique de gestion d’entreprise !

Caterpillar France. Si la croissance est également à la hausse sur cette même période, la politique de l’emploi menée par CFSAS sur le sujet est identique à celle du groupe et se traduit par une augmentation massive de personnel sous contrat à durée déterminé (CDD) et de mission d’intérim, renforçant la flexibilité et la précarité. Ce qui n’est pas sans conséquence pour l’avenir.

L’argumentation derrière laquelle se retranche la direction (on ne veut pas revivre de plan de licenciement) pour se dégager de son rôle social lui permet de rassurer la catégorie CDI de l’entreprise en développant la précarisation du travail. Cette vision du futur, n’est pas unique à CFSAS, c’est un mode de management ultra-flexible distillé dans toutes les entités CAT.

La main d’œuvre précaire (CDD/Intérim) dans l’entreprise compte à ce jour 417 salariés, soit 24,6% du personnel de CFSAS. Dans la seule catégorie ouvrier, le taux de précarité passe à 45,2% soit près de la moitié du personnel (379 précaires pour 839 CDI) C’est donc presque un ouvrier sur deux qui se retrouvent en situation de précarité, du jamais vu !

Une stratégie élaborée dès la crise de 2009 !

C’est en effet, le 05 octobre 2009, suite à la suppression de 600 postes et aux licenciements secs de 420 de nos collègues, que la direction a proposé un accord dit flexible pour « sauver » 133 emplois.

Soutenu à l’époque par 40% des salariés présents dans l’entreprise qui dénonçaient le jeu de dupe consistant a troquer 133 emplois contre une flexibilité accrue, nous ne sommes pas parvenus à infléchir la position de la Direction. Et pourtant, avec le recul, les salariés qui ont refusé ce chantage avaient raison !

Deux ans plus tard, que reste t-il de cet accord ?

La direction de l’entreprise, tout comme le groupe Cat Inc. en général, a pu pleinement profiter de l’effet d’aubaine de la crise financière de 2009 car les licenciements et le chômage partiel ont, dans un premier temps permis à l’entreprise comme au groupe de dégager les bénéfices promis aux actionnaires (le coût du PSE a d’ailleurs été absorbé en quelques mois).

Dans un second temps, le chantage exercé a également permis d’accroître la productivité par une flexibilité accrue du travail (perte de jour de RTT individuelle, heures sup et samedis collectifs imposés, changement de poste, pression de la hiérarchie, licenciements,…) et par une déflation de la rémunération (perte de l’intégration des primes de soir et de nuit, faible augmentation annuelle, perte de l’intéressement au profit d’un STIP au rabais) parallèlement à la hausse du coût de la vie.

Ce contrat de flexibilité, est finalement devenu l’outil de gestion privilégié de la hiérarchie, en permettant, contre l’avis des salariés, de faire la pluie et le beau temps sur les conditions de travail (pas de travail vous restez chez vous, du boulot, vous venez travailler le week-end). Les salariés font donc désormais les frais de cet odieux accord pour le moindre prétexte.

133 emplois sauvés, qu’en est-il vraiment ?

La direction de l’époque s’était engagé à maintenir le niveau d’emploi à 1947 CDI or on s’aperçoit, deux ans plus tard, que celle-ci n’a pas tenu parole malgré la signature de cet avenant à l’accord des 35 heures.

Les chiffres parlent évidemment d’eux même puisqu’à l’époque nous étions 2547 salariés à contrat indéterminé et que nous ne sommes plus que 1842, ce qui représente 705 emplois de moins (suite aux départs en retraite, aux démissions ou aux licenciements non économiques). Sur les 133 emplois prétendument sauvés, il n’en reste plus que 28.

En ne respectant pas ses engagements, la direction gagne donc sur les deux tableaux : la flexibilité et l’application totale de son plan de licenciement originel de suppression de 733 postes.

effectifscfsas.bmp

Notes :  Les effectifs citées  font état de l’arrêté au 31.08.11. CDI 2010vs2011 correspond à la perte d’emploi CDI entre le 30.04.10 et le 31.08.11.

La CGT dénonce la politique du groupe et de CFSAS visant à précariser le monde du travail, nous demandons que la direction requalifie immédiatement 105 salariés précaires en contrat CDI afin de compenser l’hémorragie de personnel CDI qui prévaut depuis deux ans, ainsi que la mise en place d’une vraie politique de recrutement et d’embauche pour 2012 et 2013 en visant l’objectif de transformation des CDD/Intérim en CDI.

bulletindadhesion.bmp

21 octobre, 2009

Avenant N°5 à l’accord RTT du 26 Octobre 1999

Classé dans : *Accords d'entreprise — cgtcaterpillar @ 14:01

Avenant N°5 à l’accord RTT du 26 Octobre 1999 dans *Accords d'entreprise pdf avenant n5 l’accord rtt du 26 octobre 1999.pdf

pdf dans *Accords d'entreprise annexe l’avenant n5.pdf

15 septembre, 2009

Avenant au 35 h la parole est aux salariés.

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 19:39

 

Avenant au 35 h la parole est aux salariés.

 

Vendredi 11 septembre dernier, la direction a présenté son dernier projet d’avenant à l’accord aux 35h qu’elle souhaite appliquer des janvier 2010.

Malgré toutes les réserves que l’on peut soulever au sujet de l’efficacité d’un tel plan, l’ensemble du contenu proposé est une régression notable sur nos acquis, aucune concession, aucun engagement, aucune garantie positive n’a été proposée par la direction.

Ainsi,  les horaires de travail actuels ont été reculé d’ ½ heure pour les horaires de type A et B comme suit :

Horaire type A :               de 6h27 à 14h33 pour l’équipe jour,

de 15h27 à 23h33 pour l’équipe soir.

Horaire type B :               de 6h27 à 14h33 pour l’équipe jour,

de 14h27 à 22h33 pour l’équipe soir,

de 22h27 à 6h33 pour l’équipe nuit.

Pour le Personnel des services support à l’horaire décalé, la direction a rajouté ¼ d’heure soit :

De 9h30 à 17h30 et de 9h27 à 17h27 pour le personnel portant un vêtement de travail.

La direction maintient sa position et martèle son discours en rappelant que les salariés doivent s’adapter à l’entreprise et non l’inverse. Elle n’a que faire des problématiques et des contraintes familiales occasionnées par cette nouvelle organisation.

Pour le reste, la direction conserve l’intégralité du dispositif 15 jours de RTT collectifs, 15 samedis collectifs, mise en place des aléas de production et des contraintes pour les salariés renvoi à la maison avec une ½ journée de prévenance, déduction des jours de RTT sur le temps passé, appel auprès d’un serveur vocal pour savoir s’il faut reprendre le travail…

Sans oublier l’arsenal législatif qui permet déjà  de rendre flexible le travail, nous aurons des semaines éprouvantes physiquement et psychologiquement, des conditions de travail difficile, des relations tendues lorsque des périodes importantes de production seront programmées.

Rappelez-vous les cadences de travail, les heures supplémentaires à gogo, les nombreux samedis effectués lors du premier semestre 2008.

Bien évidemment, tout ceci sans aucune contrepartie financière puisque les augmentations individuelles et collective ont disparu, sans compter la fin de la prime d’intéressement, la proposition de suppression de la prime d’intégration pour les années à venir…

C’est dans ces conditions que vous allez être sollicité prochainement le mardi 29 septembre prochain par référendum pour donner votre avis sur ce projet d’avenant aux 35h.

Un référendum sous haute tension ! 

Réunions quotidiennes, propagande en faveur du oui, endoctrinement, la direction essaye toutes les méthodes possibles pour obliger ses salariés à voter oui au référendum. 

Ces dernières semaines, la direction a même fait circuler une note contraignant les salariés à ne pas dialoguer avec des représentants du personnel CGT sous peine d’être déclaré en grève. Malgré les multiples demandes de
la Cgt pour débattre sur ce sujet sensible, la direction interdit tout rassemblement payé pendant le temps de travail. Consternant et scandaleux ! 

Cette volonté de museler notre organisation syndicale nous laisse à penser qu’il n’y a rien de bon dans cette nouvelle organisation. Parce que la mise en place de cette future organisation est un bouleversement dans la vie de chacun, nous avons souhaité que les salariés puissent s’exprimer, et proposé lors de nos rencontres avec la direction l’organisation d’un référendum. Compte tenu du changement apporté par la mise en place de ces nouveaux horaires, il nous paraissait évident, et c’était également le choix de nombreux salariés, que ce référendum tienne compte des différents horaires de travail. 

Notre volonté de dissocier les votes permettait de prendre en compte les choix de chaque horaire et de pouvoir apporter d’éventuelles adaptations, modifications en fonction du résultat obtenu. Malheureusement,  lors de la réunion du jeudi 10 septembre dernier entre les organisations syndicales de salariés et la direction, visant à établir le protocole de consultation du personnel sur l’aménagement du temps de travail du 29 septembre prochain. 

La coalition CFDT, FO et CFTC a imposé sa vision du référendum, elle a refusé que le vote soit dissocié par horaire excluant de ce fait  de connaitre pour chaque horaire le ressenti du personnel concerné. 

Lors de cette réunion, nous avions insisté auprès de
la Direction afin que l’organisation de ce référendum puisse se faire dans des conditions identiques à celui réalisé en mai dernier pendant le PSE. Pour mémoire, ce référendum
  reprenait fidèlement les attentes par horaire, atelier, bureau, cadre de chaque catégorie de personnel et permettait de mieux cibler les attentes de chacun. 

Une fin de non recevoir ! C’est la position adoptée par les syndicats CFDT, FO et CFTC se prévalant d’être majoritaires dans l’entreprise, qui a été retenue. Cette intersyndicale a tout bonnement rejeté nos propositions. 

Au final, le vote se fera par collège et par établissement dans un premier temps, puis lors du dépouillement les bulletins seront mélangés. Cela ne nous permettra donc pas d’avoir une vision détaillée des espérances de chacun. Cette volonté affichée tant par la direction que par l’intersyndicale de se donner tous les moyens pour que le oui l’emporte au référendum et un déni de démocratie. 

Afin d’aborder et de débattre de tous ces points une assemblée générale est prévue : jeudi 17 septembre à 14h00  à la salle des fêtes d’Echirolles (en face du bowling) Face aux enjeux qui nous attendent, nous vous invitons à venir le plus nombreux possible !!! 

7 septembre, 2009

Réunion CE

Classé dans : Actu. CE — cgtcaterpillar @ 19:40

 

Projet d’avenant sur l’accord RTT du 26 octobre 1999.

« Avez-vous envie de devenir les béni Oui-Oui de la Direction ? »

 

Il reste en tout et pour tout une réunion (vendredi 11 septembre prochain) pour finaliser un éventuel avenant sur l’accord RTT du 26 octobre 1999. Quand on connaît les enjeux, les conditions de vie que va subir l’ensemble des salariés avec cet hypothétique changement de condition de travail. Une dernière réunion est largement insuffisante pour un tel sacrifice !

Si notre Direction avait une once de respect mutuel envers ses salariés, elle accepterait de prolonger les discussions avec les partenaires sociaux. Elle accepterait de lâcher du leste sur cette future organisation du temps de travail.

A l’issue de la réunion de vendredi 04 septembre dernier, la Direction n’a consenti aucun véritable effort pour améliorer le sort de ses salariés. Ainsi :

-          Elle maintient les horaires de travail de :

  • Type A de 5h57 à 14h03 équipe jour, de 14h57 à 23h03 équipe soir.
  • Type B de 5h57 à 14h03 équipe jour, de 13h57 à 22h03 équipe soir, de 21h57 à 6h03 équipe nuit.
  • Personnel des services support à horaire décalé de 9h15 à 17h15, de 9h12 à 17h18 pour le personnel portant un vêtement de travail.

C’est-à-dire quelle se moque des difficultés que ces horaires risquent de poser sur ses salariés !

-          Elle conserve le dispositif collectif autour des 15 jours RTT pour l’atelier et 9 jours RTT pour les bureaux à son bon vouloir. L’intégralité des jours de repos seront estampillées RTT collectifs.    C’est-à-dire que la Direction disposera par le biais de vos jours de repos, de votre vie privée !

-          Elle continue d’imposer 15 samedis collectifs à raison de 3 samedis consécutifs. Sachant que dans le même temps, elle dispose dans le cadre des heures supplémentaires de 220 heures par an et par salariés. Elle pourra vous proposer beaucoup plus que 3 samedis à la suite. C’est-à-dire des cadences infernales, un rythme de vie décousu, de la fatigue, des problèmes de santé

-          Elle conserve le principe des aléas de production, en vous renvoyant à la maison avec un délai de prévenance de ½ journée lorsqu’un événement viendra perturber l’organisation du travail. C’est-à-dire que l’on vous rend responsable collectivement des erreurs faites par un tiers.

-          Elle mettra un serveur vocal à votre disposition pour savoir si le problème dont vous n’êtes en aucune manière responsable est résolu. Et, vous annoncera par le biais de ce serveur si vous devez reprendre votre travail. C’est-à-dire que vous devez rester disponible pendant que vous êtes en RTT à tout moment de la journée et ne pas vaquer à d’autres occupations. Travail à la carte !

-          …

A quelques jours de la dernière réunion et d’un hypothétique référendum organisé fin septembre les avancées sociales sont catastrophiques ! C’est un recul sans précédent sur nos vies professionnelles et familiales. Il va falloir que chacun(e) réfléchisse aux conditions de travail qu’il est prêt à accepter !

 

« Avez-vous envie de devenir les béni Oui-Oui de la Direction ? »

C’est une question importante que chacun, chacune d’entre nous doit se poser !

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE