CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Recherche : calendrier cgt

7 septembre, 2012

Développer durablement La Cgt revendique la mise en place d’un Pôle financier public

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:44

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

vendredi 7 septembre 2012

Pour développer durablement l’emploi, l’investissement productif, les filières industrielles et les services publics la Cgt revendique la mise en place rapide d’un Pôle financier public

Dans son discours à Châlons en Champagne, le Président de la République a annoncé la création imminente d’une Banque publique d’investissement.

Destinée à soutenir le financement des petites et moyennes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire, la Banque publique d’investissement devait être initialement mise en place en 2013. L’accélération du calendrier confirme la gravité de la situation, surtout dans l’industrie avec une multiplication des fermetures de sites et des suppressions d’emplois.

L’objectif poursuivi est important. Mais l’esquisse institutionnelle du projet, de même que sa logique d’intervention suscitent des interrogations.

Le projet gouvernemental est, en l’état, très en-deçà des besoins de financement que nécessiterait un réel redressement productif et économique du pays. De plus, les conditions de sa mise en œuvre sont source d’inquiétudes légitimes pour les salariés des établissements concernés par sa création, qu’ils s’agissent de ceux d’Oséo et de la Coface, structure spécialisée dans l’assurance-crédit à l’exportation ou de ceux du groupe Caisse des dépôts (FSI, CDC entreprise, FSI régions…) dont l’équilibre des ressources et des missions de développement économique pourrait être fragilisé.

La stratégie d’intervention de la future banque est encore floue. Elle semble s’inscrire davantage dans une logique de palliatif des défaillances des marchés bancaires et financiers plutôt que dans celle d’un réel outil au service du développement et du renforcement du tissu productif et des emplois. En plus de la modestie des sommes mobilisées eu égard à l’ampleur des besoins, ce projet souffre de plusieurs défauts majeurs :

- l’absence de critères sociaux et environnementaux, et particulièrement le développement de l’emploi stable, qualifié et bien rémunéré ;

- une gouvernance très peu démocratique, marquée par une faible présence sinon l’absence des salariés et de leurs représentants, tout comme celle des usagers et leurs représentants, dans les structures d’orientation et de prise de décisions stratégiques ;

- une insistance trop grande sur les financements en fonds propres et la priorité au recours aux marchés financiers et l’absence de lien avec une nouvelle action de la Banque de France et du système européen de Banques centrales (Eurosystème) pour orienter sélectivement les crédits bancaires en faveur du développement de l’emploi, du tissu productif et des filières industrielles.

La Cgt et ses fédérations directement concernées par la création de la Banque publique d’investissement, qu’il s’agisse des secteurs financiers ou industriels, considère que pour assurer un développement humain durable, lutter contre le chômage, relever le défi de la reconquête de l’industrie et du développement de l’emploi et des filières industrielles, développer les infrastructures et, les services publics de qualité, surmonter la crise du logement… l’ensemble du système financier, les établissements publics, mutualistes et privés, doit être mobilisé au service de l’emploi et de l’investissement productif.

Dans cette perspective, il est urgent de mettre en place un Pôle financier public avec une déclinaison territoriale. Sa création doit s’inscrire dans une stratégie de long terme et un cadrage global tant au niveau national qu’au niveau européen, ce qui implique un changement des choix actuels pour répondre aux attentes et aux besoins collectifs immédiats et futurs. Les salariés et leurs représentants, de même que les élus tant au niveau national qu’au niveau territorial, devraient être présents dans le Conseil d’administration et le Conseil d’orientation du Pôle financier public et ses déclinaisons régionales pour pouvoir intervenir sur l’orientation et la définition des choix stratégiques.

La Banque publique d’investissement devrait constituer une composante de ce pôle financier public. Elle devrait être placée entièrement sous la maîtrise publique. Elle devrait contribuer à améliorer la qualité des produits en France. Ses interventions devraient être ciblées sur les projets industriels favorisant l’investissement dans la recherche, les capacités de production et les emplois qualifiés, stables et bien rémunérés.

L’Etat doit assumer son rôle pour à la fois protéger l’épargne populaire défiscalisée de la spéculation, la développer et l’orienter vers la satisfaction des besoins sociaux ; il n’est pas normal qu’une partie importante de cette épargne soit laissée, sans contrepartie pour préserver l’intérêt général, aux banques commerciales qui tendent à en faire un produit d’appel.

La Cgt demande que l’engagement du président de la République de doubler le plafond du livret A soit respecté sans attendre et qu’un nouveau livret d’épargne Emploi-Industrie soit créé. Ce nouveau livret devrait permettre de mobiliser l’épargne abondante vers le financement des projets industriels. Cela impliquerait, au-delà du doublement du plafond du livret A et du livret Epargne développement durable, d’orienter spécifiquement une partie de l’épargne défiscalisée au service du développement industriel.

Montreuil, le 7 septembre 2012

20 juillet, 2012

Déclaration des élus CGT Caterpillar

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 15:59

Réponses aux questions formulees par les delegues du personnel de Grenoble dans Actu. DP cat

Déclaration des élus CGT Caterpillar

Grenoble, le 20 juillet 2012

 

Ce vendredi 20 juillet 2012, la direction a informé les élus du comité d’entreprise de son souhait de mettre en place du chômage partiel sur les 4 derniers mois de l’année, en plus des jours de BRTC.

Les élus CGT dénoncent la manière dont la direction est passée en force sur la consultation pour une demande de chômage partiel auprès de la DIRRECTE (Inspection du travail) en faisant un odieux chantage à l’emploi.

La direction a clairement affiché sa position vis à vis des élus et de la DIRRECTE : soit la demande de chômage est acceptée, soit ce sera un nouveau plan de licenciement.

Face à ce chantage les élus CGT n’ont eu d’autre choix que de voter favorablement pour la demande d’APLD (convention d’activité partielle de longue durée) de la direction pour ne pas pénaliser les salariés sur leur rémunération dans le cas ou du chômage serait mis en place, mais nous rejetons cette demande qui nous semble indécente.

Indécente, car le programme de production de CFSAS sur 2012 était trop optimiste par rapport aux analyses des économistes (voir rapport SECAFI) et nous a obligé à effectuer des heures supplémentaires et à venir travailler les samedis pour constituer du stock chez les concessionnaires alors qu’en la fin d’année on nous met en congé et au chômage.

C’est bien la direction et les directeurs de produits qui sont responsables de cette gestion et ce sont pourtant les salariés qui sont pénalisés.

De plus la direction utilise le chômage partiel qui est normalement destinés aux entreprises en difficultés économiques comme un outil de flexibilité et d’ajustement de sa productivité sur le dos de l’Etat, et grâce à nos impôts, alors que le groupe a vu ses bénéfices exploser en 2011.

Non, Mme Wouters et Messieurs de la direction, la République Française n’est pas une vache à lait !

Non seulement la production a mal été gérée (pour ce qui nous concerne) mais aucune autre alternative n’a été proposée pour éviter le chômage, notamment la formation qui n’apparaît nul part dans le plan de  coupure, ou le financement total par la direction des jours de fermeture.

Pour la CGT, ce ne sont pas les ventes qui s’effondrent puisque nous sommes à 97% du volume de l’année 2011, mais bien la volonté de réduire les stocks sous prétexte du climat économique mondial.

Une fois de plus les salariés subiront les dommages collatéraux de la flexibilité sauce Caterpillar, tandis que les bénéfices ne seront pas partagés.

Concernant les détails pratiques du chômage partiel (qui chôme et quand) la direction informera le CE lors de la plénière du mois d’août.

Les élus CGT

Voir calendrier ci-dessous:

Déclaration des élus CGT Caterpillar dans * Flash info / Affichage 2012-07-20-14-35-41_Greenshot-300x228

17 juillet, 2012

Compte-rendu de la réunion extraordinaire de comité d’entreprise du 16 juillet 2012

Classé dans : Actu. CE — cgtcaterpillar @ 17:38

Réponses aux questions formulees par les delegues du personnel de Grenoble dans Actu. DP cat

Le 16 juillet 2012

 

Compte-rendu de la réunion extraordinaire

de comité d’entreprise du 16 juillet 2012

Lors de la réunion extraordinaire du comité d’entreprise de ce jour, la direction a annoncé aux élus une modification du calendrier pour le deuxième semestre.

Selon la direction, la mise en place de BRTC et de congés payés est dû à une hausse du stock machine dans les centres de distribution Caterpillar (hors concessionnaire)

Ce calendrier ne prend pas en compte la réorganisation du plan de production suivant le SN&P de juillet qui devrait intégrer de nouvelles coupures machines avec du chômage partiel à la clef pour certains secteurs de l’entreprise. Le calendrier sera évoqué vendredi 20 juillet lors de la réunion plénière du comité d’entreprise.

Dans le même temps la direction annonce la non reconduction d’une partie des contrats intérimaires et à durée déterminé pour pallier la baisse du volume d’activité.

Lors de cette consultation les élus CGT se sont prononcés contre la mise en place de ces BRTC et CP car aucune précision n’a pu être fournie par la direction sur les dispositions pour les salariés n’ayant plus de TC ou de CP en octobre et pour les salariés intérimaires. Nous aurions également souhaité être consulté sur ce sujet après le SN&P de juillet intégrant des éventuelles mesures de chômage partiel qui risque de l’accompagner.

Nous vous tiendrons informé des mesures qui seront prises par la direction.

Les élus CGT au comité d’entreprise

2 juillet, 2012

Système de santé La CGT cherche le changement

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 17:53

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

lundi 2 juillet 2012, par F. Dayan

Le 26 juin dernier s’est tenue la première réuinion Conseil Supérieur de la Fonction Publique Hospitalière depuis son renouvellement. Une réunion qui avait valeur de test car elle intervient après des élections professionnelles et le changement de majorité politique.
C’est donc en présence de la nouvelle ministre des Affaires Sociales et de la Santé que s’est tenue cette séance.

Lors de sa déclaration liminaire, la CGT a exigé des changements visibles pour les salariés, pour l’offre de soins et de mise en charge publique. « Mais dans son intervention, la ministre n’a annoncé aucun changement tangible. « Elle a même dit qu’il n’y aurait pas une énième réforme de l’hôpital contredisant ainsi le président de la République dans son discours du CESE » a relevé la secrétaire générale de la CGT Santé et Action sociale. Nathalie Gamiochipi constate aussi que le ministère actuel « reprend à son compte les textes écrits par le gouvernement précédent sans rien en changer.  » Pour la fédération CGT, « la conférence sociale des 9 et 10 juillet doit déboucher sur un agenda social prometteur avec un calendrier de négociation sur tous les sujets revendicatifs qui répondent aux attentes des salariés de notre secteur. »

2 avril, 2012

Grand succès de la grève générale du 29 mars

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 19:14

Grand succès de la grève générale du 29 mars dans Actualité CGT10

Lundi 2 avril 2012

29_mars_espagne dans Actualité

10,2 millions de personnes ont suivi la journée de grève du 29 mars et 4 millions ont participé aux 111 manifestations convoquées dans tout le pays.

Le suivi de la grève générale appelée par les CCOO et l’UGT, ainsi que par d’autres organisations syndicales, contre la réforme du travail et pour la défense des services publics, a été un succès remarquable.

En dépit du chantage et des menaces de quelques chefs d’entreprises pour délégitimer la journée de grève, l’impact de la grève a été quasiment total dans les secteurs de la métallurgie, de la construction, des marchés centraux et des centres de distribution. La presse n’est pas parvenue dans les kiosques et les informations des chaînes de radio et de télévision ont été limitées à des éditions réduites. Plus de 75% des salariés du pays ont soutenu l’appel des CCOO et de l’UGT.

La demande énergétique a chuté de 25% par rapport au jeudi antérieur à la grève. La chute de l’activité productive a été de 88,8%, supérieure celle des grèves de 2002 et 2010. On sait que certaines municipalités et entreprises ont gardé les lumières allumées tout le jour pour l’augmenter artificiellement la demande.

A l’issue de la journée on comptait 111 manifestations qui ont rassemblé plus de 4 millions de personnes.

En ce qui concerne les manifestations dans les Communautés Autonomes, en Andalousie on a enregistré une participation de 360.000 personnes ; en Aragon 200.000 ; Asturies 100.000 ; Cantabrie 35.000 ; Castille et Leon 208.500 ; Castille La Manche 60.000 ; Catalogne 1.000.000 ; Euskadi 60.000 ; Extremadure 25.000 ; Galice 295.000 ; Iles Baléares 74.000 ;les Canaries 160.000 ; Madrid 900.000 ; Murcie 110.000 ; Pays Valencien 400.000 ; La Rioja 25.000 ; Ceuta 300 ; Melilla 1.000 et en Navarre quelques 20.000 personnes.

Avec le 29 mars, il est clair que les travailleurs et les travailleuses ne sont pas disposés à accepter plus de coupes dans droits du travail et les droits sociaux, et qu’ils exigent le retrait de cette réforme du travail. Le secrétaire général des CCOO, Ignacio Fernandez Toxo, a déclaré que « la grève est une opportunité pour la négociation, et s’il n’en est pas ainsi, le conflit social s’amplifiera jusqu’à ce que la réforme du travail soit substantiellement modifiée. »

« Les syndicats, nous avons des propositions et des alternatives »

En plus de fixer un calendrier de mobilisations croissantes qui inclue le prochain 1er mai, en espérant que la réforme soit modifiée, CCOO et UGT s’adresseront dans les prochains jours au président du gouvernement, aux groupes parlementaires et aux organisations patronales pour chercher un consensus large qui permette, de relancer sur des bases différentes l’activité économique et pour réduire les niveaux élevés du chômage.

Ils demanderont aussi au « Défenseur du Peuple » qu’il présente un recours contre la réforme ; ils déposeront une plainte devant l’Organisation Internationale du Travail (OIT) pour atteinte aux différentes conventions ratifiées par l’Espagne ; ils demanderont au président du Congrès qu’il accélère « l’initiative législative populaire » (ILP) qu’ont présenté en leur temps les syndicats, avec le soutien de plus d’un million de signatures, et avec une proposition alternative pour stimuler la création d’emplois.

Enfin, nous souhaitons exprimer toute notre gratitude à toutes les organisations syndicales qui nous ont fait parvenir leur appui et leur solidarité.

30 mars 2012

12345
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE