CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Recherche : caterpillar cgt

3 décembre, 2012

Ne laissons pas faire le MEDEF !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:39

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

Ne laissons pas faire le MEDEF ! dans Actualité medef-1

Thales.Les syndicats veulent changer de patron, de stratégie, de politique

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:31

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

lundi 3 décembre 2012 , par Sabine Ferry

L’intersyndicale CGT, CFDT, CFE-CGC du groupe d’électronique de défense Thales réclame le départ du PDG Luc Vigneron et « la nomination rapide d’un nouveau patron », selon la CGT.

« Le Groupe ne peut rester longtemps dans une situation où le corps social est totalement déstabilisé, le PDG isolé voire décrédibilisé, cela dans un contexte mouvant, tant sur les marchés que dans l’organisation de l’industrie de défense », a écrit l’intersyndicale dans un tract distribué à tous les salariés vendredi 30 novembre 2012.
Les syndicats déplorent « la perte de confiance d’une très grande partie des salariés, de l’ouvrier au cadre dirigeant, envers Luc Vigneron », et « la démotivation grandissante du personnel ». Ils dénoncent aussi un « management par la peur », des « continuelles et incessantes réorganisations » et « la dégradation des conditions de travail ».
« On veut un changement de direction, mais aussi de politique, de stratégie au niveau du groupe », affirme Laurent Trombini, coordinateur CGT du groupe. Selon lui, « jusqu’à maintenant, le groupe est avant tout dirigé par le premier actionnaire privé (Dassault) avec des choix très clairs : rentrer dans sa rentabilité et aussi servir les intérêts de Dassault Aviation ».
Il dénonce le « plan d’économie de 1,5 milliard d’euros en cinq ans, l’externalisation de ce qui n’est pas rentable aux yeux de la direction, des choix de profitabilité à court terme et la délocalisation de pans entiers de l’activité industrielle ».

Courrier Fédéral n°327

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:27

Courrier Fédéral N°297 dans Actualité CGT-metallo2

Paru le samedi, 1 décembre, 2012

Courrier Fédéral n°327 dans Actualité cf327image

EDITORIAL
Faire grandir le rapport de forces

LUTTES ET SUCCES
Revendication
Accord compétitivité Renault Chantage salarial
Après la fermeture de Molex le combat se poursuit

PLUS LOIN QUE NOS DROITS
Négociations annuelles obligatoires
L’information sur les salaires doit être complète

EUROPE
Quelle convergence des forces démocratiques et sociales en Europe?

PUBLICITE

30 novembre, 2012

COMMUNIQUE:CATERPILLAR DEGRAISSE A NOUVEAU !

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 18:48

Réponses aux questions formulees par les delegues du personnel de Grenoble dans Actu. DP cat

COMMUNIQUE DE LA CGT CATERPILLAR

 

CATERPILLAR DEGRAISSE

A NOUVEAU !

 

Grenoble, le 30 novembre 2012

Trois ans après le licenciement de 600 salariés sur le site Isèrois et un accord de flexibilité signé sous le chantage de 133 licenciements supplémentaires, le constructeur d’engins de travaux public Caterpillar France SAS annonce un plan de restructuration des services techniques et administratif afin de réduire le volume de personnel indirect de 200 personnes.

En effet, lors de la réunion plénière du comité d’entreprise du 29 novembre 2012, Eric Lépine, Directeur Général de Caterpillar France, a présenté les résultats d’une analyse faite par le cabinet de conseil en stratégie d’entreprise Booz&Compagny, spécialisé dans les fusions-acquisitions, et responsable d’un rapport sur la restructuration des chemins de fer en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) concernant la suppression de 4500 postes.

Cette analyse effectuée par Booz pour le compte de Caterpillar, dans le but de rendre le site « plus compétitif » vis à vis de la concurrence interne et externe concerne un certain nombre de mesures visant à apporter un gain de compétitivité total de 17% (notamment sur la gamme des tracteurs) et mettant en avant le changement de fournisseurs de composants et sous-ensembles vers les pays de l’Est à bas coûts, des modifications de design des machines, la baisse du nombre de salariés indirects et la transformation des lignes d’assemblages dans l’esprit Lean. L’objectif est de réaliser un gain de 2000$ par machine en alignant le niveau de personnel sur les usines comparées.

Lors de cette présentation, la direction a informé les élus du comité d’entreprise sur son intention de faire travailler, dès la première semaine de décembre, le cabinet Booz avec les responsables de départements pour établir une cartographie des postes qui pourraient être supprimés et organiser la restructuration.

Pour la CGT, la direction manque de transparence car a aucun moment elle n’a démontré, chiffre à l’appui, le bien fondé de ce qu’avance le cabinet Booz, ni n’a communiqué la moindre information sur la réalité des profits réalisés par machine, des prix de revient et des prix de vente. Nous contestons également la légitimité de cette expertise basée sur des comparaisons entre usine et ne partant pas des réels besoins de l’entreprise. Sil’organisationdutravaildansl’entreprisedoitêtrerevuepouraméliorerlesperformancesdusite,celle-cinedoitpassefairesurledosdessalariésquicontribueàlacréationderichesses.

Pour la CGT, il s’agit ni plus ni moins des mêmes logiques financières que celles appliquées par le groupe avec la fermeture d’Electro-Motive au Canada, la compression des salaires au USA, ou encore dernièrement en Australie avec le transfert de certaines activités et les licenciements les accompagnants. La consigne de la direction locale étant de contribuer a engranger encore plus de profits pour garantir les objectifs de rentabilité de l’action fixés par le groupe, nous dénonçons ces pratiques qui sont largement reprises par les grands groupes (Renault, Michelin, etc…) et dont la patronne du MEDEF, Laurence Parisot, souhaite l’inscription de ces effets pervers dans le code du travail.

A ce jour, la direction a démenti toute perspective de plan social lié à l’aspect conjoncturel dans l’immédiat, mais ne s’interdit pas d’avoir la réflexion sur le plan structurel pour sortir des effectifs indirects les «200 collaborateurs de trop». On peut donc légitimement se poser la question de comment elle compte s’y prendre pour éviter des drames humains (licenciement, perte de salaire, dépression, changement de poste,…) et émettre de sérieux doutes sur ce rendu d’expertise qui compare des entités entre elles sans partir du besoin réel de l’entreprise.

Alors, non content d’avoir licencié 600 personnes en juin 2009, non content de mettre un terme aux 400 contrats CDD et intérimaire, non content de profiter de l’argent public pour le chômage partiel, la direction s’attaque désormais à la purge des services !

Il est donc évident que ce type d’agissement n’améliorera pas le niveau de confiance que placent les salariés dans leur entreprise et dans leur avenir !

La CGT, à vos côtés, s’opposera à toute solution radicale visant de nouvelles suppressions de postes dans l’entreprise. Nous vous tiendrons informé de l’évolution de la situation.

29 novembre, 2012

Finances publiques – « Il n’y aura bientôt plus personne aux guichets »

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:58

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

jeudi 29 novembre 2012 , par Sabine Ferry

Tous les personnels de la DGFiP (Direction générale des finances publiques) étaient appelés à se mettre en grève et à participer aux actions et aux rassemblements organisés partout en France, mardi 27 novembre 2012. La moitié des agents que comptent les Finances publiques dans le département de l’Aude ont participé aux rassemblements et arrêts de travail. Certains services étaient d’ailleurs fermés.

Trois cents agents audois sur 600 ont donc cessé le travail à l’appel de l’intersyndicale (CGT, CFDT, FO, CFTC, Unsa). Il faut dire que 26614 emplois ont été supprimés depuis 2002 au niveau national.
En 2013, 15 emplois supplémentaires devraient être supprimés dans le département, plus de 2000 dans tout le pays. « Il n’y aura bientôt plus personne aux guichets », pouvait-on entendre mardi, devant la cité administrative de Narbonne.
Pour l’intersyndicale, les coupes sombres dans les effectifs sont « inacceptables ». Les conséquences se mesurent déjà fortement : augmentation des charges de travail, dégradation des conditions de travail, files d’attentes qui s’allongent…
A force de supprimer les emplois, « les petites villes seront privées de services publics, il n’y aura plus de justice sociale », craignent les manifestants.

1...56789...129
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE