CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

  • Accueil
  • > Recherche : chomage economique caterpillar

7 janvier, 2013

Négociations sur le marché du travail CGT, FO, FSU : rassemblement devant le Medef le 10 janvier

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 17:39

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

lundi 7 janvier 2013 , par F. Dayan

Alors que doivent reprendre les négociations sur une réforme du « marché du travail », les organisations syndicales franciliennes CGT, FO et FSU appellent à « informer et mobiliser les salariés ».
Par ailleurs, le même jour, d’autres rassemblements, initiatives de distribution de tracts sont prévues en région par la CGT.

(more…)

15 novembre, 2012

Journée d’action du 14 novembre 2012.La mobilisation s’amplifie partout en Europe et en France

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 16:58

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

mercredi 14 novembre 2012

Lire sur ce sujet, le communiqué de soutien du Groupe des travailleurs de l’Organisation Internationale du Travail.

A l’appel de la Confédération Européenne des Syndicats contre les politiques d’austérité en Europe et pour une Europe sociale, des mobilisations fortes ont été recensées dans 28 pays européens avec des appels à la grève générale comme en Espagne ou au Portugal.

En France, après la journée d’action sur l’emploi industriel du 9 octobre, une nouvelle étape de mobilisation a été franchie ce 14 novembre. 134 manifestations et rassemblements ont été recensés à l’appel de la CGT, CFDT, FSU, UNSA et Solidaires. Ce sont plus de 100 000 manifestant-e-s du public et du privé qui sont sorti-e-s de leurs services et entreprises, et ont participé aux différentes initiatives.

Les salarié-e-s, retraité-e-s et privé-e-s d’emploi ont tenu à exprimer leur rejet de cette politique d’austérité qui n’amène que fermetures d’usines, restructurations, dégradation du pouvoir d’achat, de l’emploi, accroissement du chômage et de la précarité.

Elles et ils veulent une autre politique qui soit source de croissance et de progrès social. Une politique rigoureusement tournée vers une autre répartition des richesses, le plein emploi, la revalorisation salariale, le développement industriel, et la lutte contre la précarité.

Cette journée de mobilisation européenne est un message fort adressé au patronat et aux gouvernements européens, dont le Président de la République Française.

« Le pacte de compétitivité », décidé sous la pression du patronat, avec les mesures d’allègement massif du coût du travail et les baisses des dépenses publiques, ne constituent en rien une réponse aux besoins du pays pour sortir de la crise.

L’avenir de l’Emploi et de l’Industrie nécessite un développement économique et social fondé sur une véritable valorisation du travail, une véritable sécurisation de l’emploi et non plus de flexibilité comme l’exige le Patronat dans les négociations en cours. Cela impose de lutter contre la spéculation en mettant, notamment, à contribution les revenus financiers des entreprises et des particuliers.

La CGT appelle les salariés à poursuivre la mobilisation afin de maintenir cette légitime pression en direction du gouvernement et du patronat.

Montreuil, le 14 novembre 2012

25 octobre, 2012

Emploi Chômage : il y a des solutions pour en sortir !

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 18:23

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

jeudi 25 octobre 2012

Pour la 16ème fois consécutive, le nombre de demandeurs d’emploi augmente, à nouveau, à fin septembre, de 46 900 soit une augmentation de 1,6 % par rapport à fin août, et de 10,1 % sur un an. Il atteint aujourd’hui un total de 4 797 200 (y compris les DOM) pour les catégories A, B, C.

La situation s’aggrave, en outre, pour les populations les plus fragiles dont le nombre de demandeurs d’emploi atteint les proportions les plus élevées : chômeurs de longue durée (38,7 % des inscrits), de très longue durée (hausse de 20,5 % sur 1 an).

La proportion des jeunes et des seniors au chômage est en augmentation. Ils représentent 1,65 million de demandeurs d’emploi. Si les 150 000 emplois d’avenir ainsi que le projet de 500 000 contrats de génération peuvent constituer des dispositifs visant à améliorer l’emploi des jeunes et des seniors, la CGT considère que cela reste insuffisant pour constituer une véritable politique ambitieuse de création d’emplois stables et pérennes.

Pour relancer la croissance, retrouver les moyens de répondre aux besoins sociaux des salariés et de la population, assurer une protection sociale de haut niveau et des services publics de qualité, il faut un nouveau mode de développement économique et social, fondé sur une véritable valorisation du travail, des emplois qualifiés, stables et bien rémunérés, une augmentation du pouvoir d’achat, mais aussi la reconquête de notre industrie.

Selon l’enquête que la CGT a fait réaliser par l’Institut Harris Interactive au mois de septembre, les salariés manifestent une large adhésion aux propositions portées par la CGT dans les négociations engagées sur la sécurisation de l’emploi, et plus largement aux solutions de nature à dynamiser l’économie et l’emploi :
- Investir davantage dans la recherche et la formation des salariés,
- Conditionner les aides aux entreprises à la création d’emplois,
- Interdire les licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices,
- Accorder des droits nouveaux d’intervention dans les comités d’entreprise,
- Augmenter les cotisations patronales sur les emplois précaires,
- Moduler les cotisations sociales en fonction de la politique en matière d’emploi et de salaire de l’entreprise.

Les salariés rejettent aussi majoritairement l’idée qu’il faut flexibiliser les contrats de travail comme le réclame à cor et à cri le patronat.

La CGT défendra ces propositions dans les négociations sur la sécurisation de l’emploi et appelle les salariés à prendre toute leur place dans la journée d’action décidée à l’initiative de la CES, le 14 novembre, contre les politiques d’austérité et pour plus de justice sociale en France et en Europe.

Montreuil, le 25 octobre 2012

16 octobre, 2012

17 octobre Journée internationale pour l’élimination de la pauvreté

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 16:57

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

mardi 16 octobre 2012

Une mobilisation internationale qui appelle des politiques ambitieuses

 » Mettre fin à la violence de l’extrême pauvreté : s’appuyer sur les capacités de tous pour bâtir la paix », une vision du monde portée par les organisateurs de la Journée mondiale du refus de la misère. Comme chaque année, la CGT sera présente dans les initiatives nationales et territoriales ; participation qui correspond à sa conception du développement humain durable.

La CGT fait le choix d’un développement des sociétés fondé sur le respect des droits de l’Homme, où chaque personne a accès aux droits humains fondamentaux. Elle fait le choix d’une société solidaire refusant la méfiance, la culpabilisation, la stigmatisation.

Pour la CGT, les situations de pauvreté ne sont en rien la conséquence d’une fatalité mais résultent de choix politiques – économiques et sociaux – bien identifiés : la réduction du coût du travail, les mises en concurrence, la rentabilité du capital… Aujourd’hui, même travailler « n’immunise » plus contre la pauvreté, l’exclusion. Tous les chiffres le confirment : la crise économique et sociale, la précarité dans l’emploi, la faiblesse des salaires, accroît le nombre de familles, d’enfants, de salariés – actifs, sans emplois, retraités, jeunes – frappé par la misère, la pauvreté et l’exclusion. L’augmentation continue du chômage et l’absence de créations d’emplois concoure à cette augmentation tout comme les politiques favorisant les intérêts financiers au détriment de l’intérêt général.

En Europe, alors que des millions d’euros ont été distribués pour tenter de faire face à la crise bancaire, une menace pèse sur la poursuite des financements de l’aide alimentaire organisée par les Associations ! La CGT n’accepte pas cette hésitation et exige du Gouvernement une position ferme pour obtenir la reconduction pérenne de ces indispensables financements publics.

En France, le Gouvernement organise la phase préparatoire à la Conférence Nationale de lutte contre la pauvreté des 10 et 11 décembre. L’objectif affiché est de dessiner le plan quinquennal pour l’égalité, la dignité et pour la lutte contre la pauvreté et les exclusions annoncé par le Président de la République. Quelles sont les ambitions gouvernementales ? Quels seront les leviers d’action privilégiés pour, dans un même mouvement, répondre aux exigences sociales et tracer des perspectives appropriées pour s’attaquer aux causes de la pauvreté.

La CGT entend s’investir et faire entendre les exigences sociales dans l’élaboration de ce plan quinquennal. Le contexte inédit de crise sociale et économique, l’extension en nombre et en durée du chômage, la baisse quasi généralisée du pouvoir d’achat, les écueils grandissants à l’accès aux droits fondamentaux et à des services publics de qualité confère une responsabilité importante au syndicalisme. Gagner l’effectivité du droit au travail et l’accès à un emploi de qualité ; vivre de son travail ; préserver et développer les services publics reste les perspectives que défend la CGT. Tous les leviers économiques, sociaux, environnementaux et démocratiques doivent être actionnés pour y parvenir.

La CGT estime indispensable de construire une sécurité sociale professionnelle pour tous les salariés ; une sécurité sociale professionnelle qui articule parcours d’insertion et parcours professionnel.

L’ambition de la CGT est de garantir l’accès aux droits de tous pour tous et de reconnaître « les pauvres » comme des salariés à part entière ; une conception qui s’affronte à une segmentation des salariés entre les « pauvres, les exclus » et les autres.

La création et la répartition des richesses créées, le financement, l’organisation et la gouvernance dans la mise en œuvre des politiques publiques, les Droits de l’Homme sur chaque lieu de travail et dans la cité sont au cœur de cette conférence.

La CGT, comme chaque 17 octobre et au quotidien, reste déterminée à la promotion de politiques et de dispositifs publics visant à l’éradication des causes conduisant à la pauvreté et à l’exclusion.

Montreuil, le 17 octobre 2012

7 septembre, 2012

Développer durablement La Cgt revendique la mise en place d’un Pôle financier public

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:44

Décès de Raymond Aubrac,la CGT salue un homme d’exception dans Actualité CGT10

vendredi 7 septembre 2012

Pour développer durablement l’emploi, l’investissement productif, les filières industrielles et les services publics la Cgt revendique la mise en place rapide d’un Pôle financier public

Dans son discours à Châlons en Champagne, le Président de la République a annoncé la création imminente d’une Banque publique d’investissement.

Destinée à soutenir le financement des petites et moyennes entreprises et des entreprises de taille intermédiaire, la Banque publique d’investissement devait être initialement mise en place en 2013. L’accélération du calendrier confirme la gravité de la situation, surtout dans l’industrie avec une multiplication des fermetures de sites et des suppressions d’emplois.

L’objectif poursuivi est important. Mais l’esquisse institutionnelle du projet, de même que sa logique d’intervention suscitent des interrogations.

Le projet gouvernemental est, en l’état, très en-deçà des besoins de financement que nécessiterait un réel redressement productif et économique du pays. De plus, les conditions de sa mise en œuvre sont source d’inquiétudes légitimes pour les salariés des établissements concernés par sa création, qu’ils s’agissent de ceux d’Oséo et de la Coface, structure spécialisée dans l’assurance-crédit à l’exportation ou de ceux du groupe Caisse des dépôts (FSI, CDC entreprise, FSI régions…) dont l’équilibre des ressources et des missions de développement économique pourrait être fragilisé.

La stratégie d’intervention de la future banque est encore floue. Elle semble s’inscrire davantage dans une logique de palliatif des défaillances des marchés bancaires et financiers plutôt que dans celle d’un réel outil au service du développement et du renforcement du tissu productif et des emplois. En plus de la modestie des sommes mobilisées eu égard à l’ampleur des besoins, ce projet souffre de plusieurs défauts majeurs :

- l’absence de critères sociaux et environnementaux, et particulièrement le développement de l’emploi stable, qualifié et bien rémunéré ;

- une gouvernance très peu démocratique, marquée par une faible présence sinon l’absence des salariés et de leurs représentants, tout comme celle des usagers et leurs représentants, dans les structures d’orientation et de prise de décisions stratégiques ;

- une insistance trop grande sur les financements en fonds propres et la priorité au recours aux marchés financiers et l’absence de lien avec une nouvelle action de la Banque de France et du système européen de Banques centrales (Eurosystème) pour orienter sélectivement les crédits bancaires en faveur du développement de l’emploi, du tissu productif et des filières industrielles.

La Cgt et ses fédérations directement concernées par la création de la Banque publique d’investissement, qu’il s’agisse des secteurs financiers ou industriels, considère que pour assurer un développement humain durable, lutter contre le chômage, relever le défi de la reconquête de l’industrie et du développement de l’emploi et des filières industrielles, développer les infrastructures et, les services publics de qualité, surmonter la crise du logement… l’ensemble du système financier, les établissements publics, mutualistes et privés, doit être mobilisé au service de l’emploi et de l’investissement productif.

Dans cette perspective, il est urgent de mettre en place un Pôle financier public avec une déclinaison territoriale. Sa création doit s’inscrire dans une stratégie de long terme et un cadrage global tant au niveau national qu’au niveau européen, ce qui implique un changement des choix actuels pour répondre aux attentes et aux besoins collectifs immédiats et futurs. Les salariés et leurs représentants, de même que les élus tant au niveau national qu’au niveau territorial, devraient être présents dans le Conseil d’administration et le Conseil d’orientation du Pôle financier public et ses déclinaisons régionales pour pouvoir intervenir sur l’orientation et la définition des choix stratégiques.

La Banque publique d’investissement devrait constituer une composante de ce pôle financier public. Elle devrait être placée entièrement sous la maîtrise publique. Elle devrait contribuer à améliorer la qualité des produits en France. Ses interventions devraient être ciblées sur les projets industriels favorisant l’investissement dans la recherche, les capacités de production et les emplois qualifiés, stables et bien rémunérés.

L’Etat doit assumer son rôle pour à la fois protéger l’épargne populaire défiscalisée de la spéculation, la développer et l’orienter vers la satisfaction des besoins sociaux ; il n’est pas normal qu’une partie importante de cette épargne soit laissée, sans contrepartie pour préserver l’intérêt général, aux banques commerciales qui tendent à en faire un produit d’appel.

La Cgt demande que l’engagement du président de la République de doubler le plafond du livret A soit respecté sans attendre et qu’un nouveau livret d’épargne Emploi-Industrie soit créé. Ce nouveau livret devrait permettre de mobiliser l’épargne abondante vers le financement des projets industriels. Cela impliquerait, au-delà du doublement du plafond du livret A et du livret Epargne développement durable, d’orienter spécifiquement une partie de l’épargne défiscalisée au service du développement industriel.

Montreuil, le 7 septembre 2012

123456
 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE