CGT CATERPILLAR

Bienvenue sur notre blog

30 novembre, 2012

COMMUNIQUE:CATERPILLAR DEGRAISSE A NOUVEAU !

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 18:48

Réponses aux questions formulees par les delegues du personnel de Grenoble dans Actu. DP cat

COMMUNIQUE DE LA CGT CATERPILLAR

 

CATERPILLAR DEGRAISSE

A NOUVEAU !

 

Grenoble, le 30 novembre 2012

Trois ans après le licenciement de 600 salariés sur le site Isèrois et un accord de flexibilité signé sous le chantage de 133 licenciements supplémentaires, le constructeur d’engins de travaux public Caterpillar France SAS annonce un plan de restructuration des services techniques et administratif afin de réduire le volume de personnel indirect de 200 personnes.

En effet, lors de la réunion plénière du comité d’entreprise du 29 novembre 2012, Eric Lépine, Directeur Général de Caterpillar France, a présenté les résultats d’une analyse faite par le cabinet de conseil en stratégie d’entreprise Booz&Compagny, spécialisé dans les fusions-acquisitions, et responsable d’un rapport sur la restructuration des chemins de fer en Nouvelle-Galles du Sud (Australie) concernant la suppression de 4500 postes.

Cette analyse effectuée par Booz pour le compte de Caterpillar, dans le but de rendre le site « plus compétitif » vis à vis de la concurrence interne et externe concerne un certain nombre de mesures visant à apporter un gain de compétitivité total de 17% (notamment sur la gamme des tracteurs) et mettant en avant le changement de fournisseurs de composants et sous-ensembles vers les pays de l’Est à bas coûts, des modifications de design des machines, la baisse du nombre de salariés indirects et la transformation des lignes d’assemblages dans l’esprit Lean. L’objectif est de réaliser un gain de 2000$ par machine en alignant le niveau de personnel sur les usines comparées.

Lors de cette présentation, la direction a informé les élus du comité d’entreprise sur son intention de faire travailler, dès la première semaine de décembre, le cabinet Booz avec les responsables de départements pour établir une cartographie des postes qui pourraient être supprimés et organiser la restructuration.

Pour la CGT, la direction manque de transparence car a aucun moment elle n’a démontré, chiffre à l’appui, le bien fondé de ce qu’avance le cabinet Booz, ni n’a communiqué la moindre information sur la réalité des profits réalisés par machine, des prix de revient et des prix de vente. Nous contestons également la légitimité de cette expertise basée sur des comparaisons entre usine et ne partant pas des réels besoins de l’entreprise. Sil’organisationdutravaildansl’entreprisedoitêtrerevuepouraméliorerlesperformancesdusite,celle-cinedoitpassefairesurledosdessalariésquicontribueàlacréationderichesses.

Pour la CGT, il s’agit ni plus ni moins des mêmes logiques financières que celles appliquées par le groupe avec la fermeture d’Electro-Motive au Canada, la compression des salaires au USA, ou encore dernièrement en Australie avec le transfert de certaines activités et les licenciements les accompagnants. La consigne de la direction locale étant de contribuer a engranger encore plus de profits pour garantir les objectifs de rentabilité de l’action fixés par le groupe, nous dénonçons ces pratiques qui sont largement reprises par les grands groupes (Renault, Michelin, etc…) et dont la patronne du MEDEF, Laurence Parisot, souhaite l’inscription de ces effets pervers dans le code du travail.

A ce jour, la direction a démenti toute perspective de plan social lié à l’aspect conjoncturel dans l’immédiat, mais ne s’interdit pas d’avoir la réflexion sur le plan structurel pour sortir des effectifs indirects les «200 collaborateurs de trop». On peut donc légitimement se poser la question de comment elle compte s’y prendre pour éviter des drames humains (licenciement, perte de salaire, dépression, changement de poste,…) et émettre de sérieux doutes sur ce rendu d’expertise qui compare des entités entre elles sans partir du besoin réel de l’entreprise.

Alors, non content d’avoir licencié 600 personnes en juin 2009, non content de mettre un terme aux 400 contrats CDD et intérimaire, non content de profiter de l’argent public pour le chômage partiel, la direction s’attaque désormais à la purge des services !

Il est donc évident que ce type d’agissement n’améliorera pas le niveau de confiance que placent les salariés dans leur entreprise et dans leur avenir !

La CGT, à vos côtés, s’opposera à toute solution radicale visant de nouvelles suppressions de postes dans l’entreprise. Nous vous tiendrons informé de l’évolution de la situation.

19 avril, 2011

IBM Montpellier La CGT obtient 60% des voix et 72,22 % des sièges

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 20:05

image1.gif

mardi 19 avril 2011, par Frédéric Dayan

Le 18 avril 2011, avaient lieu les élections professionnelles pour le renouvellement du comité d’établissement (C.E.) et des délégués du personnel d’IBM Montpellier.

Ces élections ont été marquées par une forte participation au vote (77,76 % des 980 inscrits) et 76,84 % des suffrages valablement exprimés (résultats relatifs à l’élection des titulaires C.E.)
Alors que sept organisations syndicales présentaient des candidats, la CGT obtient en moyenne 60 % des voix. Pour l’élection des titulaires du comité d’établissement, élection de référence permettant de mesurer la représentativité syndicale, la CGT obtient même 60,69 % des suffrages valablement exprimés (1,33 % de mieux par rapport aux élections professionnelles de 2009).
La CGT a de nouveau 6 sièges sur 8 tant pour les titulaires que pour les suppléants au comité d’établissement, et 7 élus sur 10 tant pour les délégués du personnel titulaires que pour les suppléants, soit, au total, 72,22 % des mandats électifs.

Alors que les missions du site IBM de Montpellier évoluent, que le nombre d’ingénieurs et cadres est en constante progression (73,57 % en 2011), que le personnel est constamment rajeuni par de nouveaux arrivants sur de nouveaux métiers, la CGT a encore progressé dans l’établissement d’IBM Montpellier.

Ces résultats ne doivent rien au hasard : dans un contexte de crise économique, de montée du chômage, de baisse du pouvoir d’achat et d’inquiétudes concernant l’avenir de la prévoyance, ils confirment la confiance que le personnel d’IBM Montpellier accorde aussi bien à la pratique syndicale de l’équipe militante de la CGT, qu’aux positions de la CGT face aux patrons d’IBM, au MEDEF et au gouvernement.

10 juin, 2010

Le nuage de cendre n’a pas etouffé la croissance économique d’Airbus

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 17:47

   Le nuage de cendre n’a pas etouffé la croissance économique d’Airbus dans Actualité arton674-bcbd2

AIRBUS gonfle son carnet de commandes de 32 avions A380 pour 14,5 milliards d’Euros

Publié le jeudi 10 juin 2010 dans Secteur aéronautique

La commande de 32 avions A380 par la compagnie Emirates au salon de Berlin vient remettre un coup de projecteur sur le programme A380 d’AIRBUS. Elle s’additionne aux 3396 appareils restant à livrer, soit toujours sept années d’activités d’assurées. En une journée Airbus engrange 14,4 milliards de commandes supplémentaires. L’A380, c’est par ce programme que sont apparus les déboires industriels, l’affaire des stocks options des dirigeants d’EADS et le plan d’économie POWER8.

On se souvient tous du plan drastique « POWER8 » programmant 10.000 suppressions d’emplois chez AIRBUS et ses sous-traitants, une augmentation des externalisations dans les pays low-cost, une mise en concurrence exacerbée sur les sous-traitants, la mise en oeuvre d’un nouveau modèle industriel tourné sur la profitabilité, la vente de sites (transformée en filiations sous l’appellation « Aerolia » grâce à la lutte des salariés). Le comité exécutif d’EADS s’appuyait principalement sur l’argument d’une parité euro/dollar défavorable pour garantir une profitabilité à deux chiffres aux actionnaires. Aujourd’hui avec une parité nettement plus équilibrée, cet argument tombe et avec lui la véracité de Power8. Pour les actionnaires, l’aéronautique, ça doit rapporter ! Depuis 3 ans, la trésorerie d’EADS est passée de 4 à 9 milliards d’euros. Le carnet de commandes se situe à 7 années de charge avec 500 avions livré/an. Malgré la crise financière, en 2009 les dividendes ont été distribués aux actionnaires. Pour les salariés, l’embellie de l’aéronautique se traduit par des politiques salariales au rabais, par des conditions de travail de plus en plus difficiles, par une diminution des effectifs. Le mouvement de lutte de Mai dernier, historique à Airbus, sur les salaires, l’emploi et les conditions de travail a démontré que les salariés refusaient ce modèle industriel au service des financiers.

Alors avec cette nouvelle commande qui vient confirmer la croissance des activités aéronautique européennes, ce modèle industriel doit être revu et remis sur la ligne du développement de l’emploi, du social et des salaires. Cela est possible et indispensable parce que c’est économiquement, socialement et humainement efficace. Profiter en premier à l’emploi : La direction d’Airbus s’est engagée sur 250 recrutements de cols bleus, mais cela est dérisoire face aux charges de travail alors que se développe la précarité dans nos usines. Seulement 1 intérimaire sur 10 sera embauché !

Profiter à stopper la dégradation des conditions de travail : La direction développe les méthodes de production issues de l’automobile comme le LEAN, qui commencent à faire des dégâts sur le plan de la santé physique et psychologique. Pourtant ce type d’organisation se montre également inefficace industriellement. Il doit être abandonné au profit d’une approche valorisant le travail collectif.

Profiter aux salariés pour augmenter les salaires et reconnaître les qualifications : La direction fait une politique de rigueur en termes d’augmentation de salaire. Seulement 1% d’augmentation générale pour 2010. Et 1.5% d’augmentation individuelle pour l’année. La prime de 500€ vient compenser le manque d’intéressement. Les salariés d’Airbus mais également dans l’ensemble des entreprises de l’aéronautique (Safran, Thales, Eurocopter, Creuzet, Dassault, Ratier Figeac, Sogerma, CRMA….) ont montré massivement leur mécontentement face à toute cette stratégie pratiquée dans l’ensemble de la filière et ont porté des revendications pour une autre répartition des richesses. C’est cela qui doit être mis à l’ordre du jour et qui répondrait également aux enjeux de financement de nos retraites et notre protection sociale.

Vendre des avions, c’est bien, les construire dans nos usines et dans nos territoires, dans de bonnes conditions sociales et salariales, c’est garantir un meilleur avenir pour tous !

6 mai, 2010

Confédération générale du travail de Grèce (GSEE)

Classé dans : Actualité — cgtcaterpillar @ 16:15

image1.gif

Communiqué de presse condamnant la violence

jeudi 6 mai 2010, par Isabelle Chasserant

A la suite des débordements, en marge de la manifestation du 5 mai à Athènes, qui ont fait trois victimes, la GSEE (Confédération générale du travail de Grèce) a tenu a exprimer sa position.

« Le plus grand rassemblement de travailleurs jamais organisé en Grèce depuis la seconde guerre mondiale a été endeuillé par des actes de violence gratuite qui ont coûté la vie à trois jeunes travailleurs.

Les auteurs de ces actes haineux n’ont absolument aucun lien avec le mouvement syndical et les travailleurs grecs qui ont manifesté dans la paix et la discipline pour défendre leurs droits.

La Confédération générale du travail de Grèce (GSEE) condamne cette violence et ce vandalisme aveugles qui – entre autres choses – discréditent et portent atteinte à la lutte légitime des travailleurs grecs.

Hier, ces hommes et ces femmes ont exprimé de manière tout-à-fait catégorique leur opposition au paquet de me-sures d’austérité qui les entraînera, ainsi que les retraités, dans des privations sans fin et qui mènera l’économie vers une récession prolongée.

Nous transmettons nos condoléances les plus attristées aux familles des innocentes victimes de ces crimes effroyables et appelons les autorités à agir de manière efficace pour faire rapidement traduire en justice leurs auteurs.

Nous réaffirmons notre détermination à poursuivre le combat pour défendre nos droits et nos revenus, objets de toutes les attaques.

Le 5 mai 2010  »

5 janvier, 2009

Théorie du Lean

Classé dans : * Flash info / Affichage — cgtcaterpillar @ 16:33

Théorie du Lean dans * Flash info / Affichage pdf présentation du lean prouzaud.pdf

 

Barhama Kaolack |
Cgt Sagem DS |
Urbanisme - Aménagement - ... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Dust of infinity and ink blood
| BLOG Trésor 38 CGT
| PLANETE ON-LINE